ZONE EURO : Les billets de 500 euros favorisent-ils la fraude ?

C'est une grosse coupure à mauvaise réputation : la Banque centrale européenne (BCE) cessera de produire et d'émettre des billets de 500 euros, à partir de la fin 2018. L'institution l'annonce dans un communiqué, mercredi, 4 mai, où elle explique avoir "pris en compte les craintes que cette coupure puisse faciliter les activités illicites".

"L'émission du billet de 500 euros prendra fin aux alentours de la fin 2018", explique la BCE, qui ne touchera pas aux autres billets, de 5 à 200 euros. Cette décision a été prise à l'occasion de l'émission, par la BCE, de nouveaux billets : des billets de 5, 10 et 20 euros redessinés sont, déjà, entrés en circulation. La BCE cessera d'émettre des billets de 500 euros en 2018.

Si par hasard vous avez des billets de 500 euros en votre possession, pas d'inquiétude : les billets, déjà, en circulation, ne perdront pas leur valeur et pourront continuer d'être utilisés comme moyen de paiement. Jusqu'à ce que le système (BCE) puisse les récupérer un par un. Cela durera le temps que ça durera. Simplement, plus de fabrication de ce billet à partir du début 2019.

Aujourd'hui, le billet de 500 euros est, déjà, introuvable dans les distributeurs et les commerçants ont le droit de le refuser. Pour en recevoir, mieux vaut prendre rendez-vous avec sa banque.

Par contre, il est temps que les dirigeants de la zone franc (chefs d'Etat d'Afrique centrale et de l'Ouest contrôlant la BEAC et la BCEAO), en accord avec leur partenaire français, mettent en circulation une coupure digne de ce nom, ayant une valeur nettement supérieur à 10.000 F CFA (coupure actuelle la plus élevée). Car même avec une somme moindre, les commerçants et les hommes d'affaire se retrouvent, parfois, avec des poches et des valises pleines de billets, mais, pour pas grand chose, quand on fait le total de la somme transportée.

Les plus populaires