Aller au contenu principal

OMS : L’Ethiopien Tedros Adhanom Ghebreyesus, seul candidat à sa succession (en l'absence de Donald Trump)

Image
Partager
Categorie
sam 30/10/2021 - 12:05
Body

Le directeur général de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), l’Ethiopien, Tedros Adhanom Ghebreyesus, en première ligne dans la lutte contre la pandémie, est seul candidat à sa succession et sa réélection ne fait guère de doute. Il a posé sa candidature, vendredi, 29 octobre, à Genève, dans un environnement moins hostile depuis le départ de la Maison Blanche de celui qui avait juré de le renvoyer de là, à savoir, Donald Trump.

« Nous avons accompli de nombreuses réalisations, mais il nous reste encore beaucoup à faire. Les objectifs atteints et les exigences à venir m’ont rendu plus déterminé que jamais à mener à bien notre projet consistant à doter l’organisation d’une plus grande agilité, avec un financement et des moyens durables et adéquats au service de chacun, dans toutes les communautés et dans tous les pays du monde », écrit le directeur général dans sa lettre de candidature.

Âgé de 56 ans, ce spécialiste du paludisme est diplômé en immunologie, docteur en santé communautaire et ancien ministre de la Santé et chef de la diplomatie éthiopienne. Le docteur Tedros, comme il aime à se faire appeler, était devenu en 2017 le premier Africain à prendre la tête de cette puissante agence de l’ONU, en première ligne depuis le début de la pandémie, faisant de lui l’un des visages les plus familiers de la lutte contre le Covid-19. Sa candidature avait été présentée par 28 Etats membres de l’OMS, a précisé l’OMS dans un communiqué. Les Etats membres voteront pour le prochain chef de l’OMS lors d’un scrutin secret pendant l’assemblée mondiale de la santé en mai 2022. Le mandat du futur directeur général débutera le 16 août 2022. Il ne pourra pas aller au-delà d’un second mandat.

L'OMS (bien que dirigée par un Africain) ne pratique pas la direction générale (à vie) comme beaucoup de pouvoirs africains, qui préfèrent mourir en poste.

Tedros chez Jinping.Tedros Adhanom Ghebreyesus a pris son indépendance vis à vis de la Chine (où il n'est plus bien vu) depuis qu'il presse les autorités sanitaires de ce pays de laisser faire les enquêteurs de l'OMS sur les véritables origines du covid 19.

La personnalité chaleureuse de Tedros Adhanom Ghebreyesus, qui qualifie de « frère » ou de « soeur » bon nombre de dirigeants, tranche avec la froideur de la Chinoise, Margaret Chan, qui l’a précédé. Il s’était, toutefois, attiré les foudres de l’ancien président américain Donald Trump (2017-2021) qui avait coupé les vivres à l’organisation, accusée d’être trop proche de la Chine et de mal gérer la pandémie. La deuxième étape de Trump consistait à le débarquer de l'OMS s'il avait été réélu par les Américains. Heureusement que l’arrivée du démocrate, Joe Biden, à la Maison Blanche, qui a remis les Etats-Unis dans le giron de l’OMS, lui a offert un second souffle. Mais son ton plus critique envers la Chine, qu’il estime ne pas être assez transparente sur l’origine de la pandémie, lui vaut désormais d’être boudé par Pékin.

Il est, cependant, largement, soutenu par la communauté internationale (dont la quasi-totalité des 54 pays africains) grâce à sa solidarité inébranlable envers les pays défavorisés.

Partager