Aller au contenu principal

CORONAVIRUS : Pressé par la Chine et la Russie, le G7 va se montrer généreux pour ses vaccins

Image
Partager
Categorie
ven 19/02/2021 - 17:26
Body

Vendredi, 19 février, a lieu un G7 par écrans interposés, réunion à laquelle participera pour la première fois Joe Biden depuis son élection. Gestion de la pandémie et partage des vaccins sont au menu au moment où la Russie et la Chine dament le pion aux membres du G7 en se montrant plus généreux dans la distribution de leurs vaccins aux pays du tiers-monde notamment africains.

L’entretien de ce vendredi entre les dirigeants des Etats-Unis, de France, du Royaume-Uni, d’Allemagne, d’Italie, du Japon, du Canada, en présence des chefs de l’Union européenne, mené par le premier ministre britannique Boris Johnson (ex-membre de l'Union européenne), est le premier, depuis avril 2020, la situation sanitaire ayant conduit à l’annulation du sommet que devait accueillir Donald Trump.

Entre-temps, l’arrivée à la Maison Blanche de son successeur démocrate (en train de se faire vacciner sur notre photo) a mis fin à quatre ans d’unilatéralisme, Washington signalant son retour dans les organisations multilatérales comme l’Accord de Paris sur le climat et l’Organisation mondiale de la Santé (OMS). Cette semaine, le président français, Emmanuel Macron, s'est longuement entretenu au téléphone avec la vice-présidente des Etats-Unis, Kamala Harris. Grand sujet de cet entretien : l'Accord de Paris justement. Donald Trump doit se tordre de colère à l'idée que cet Accord redevienne applicable aux Etats-Unis comme n'avait jamais cessé de le lui demander son homologue français, sans jamais être entendu.

Au fil de ses premiers coups de fil et discours, Joe Biden a esquissé les grandes lignes de l’évolution de la diplomatie américaine : discours plus dur envers la Russie de Vladimir Poutine (grand allié objectif de Trump en ce sens que sans son concours, Hillary Clinton aurait gagné l'élection présidentielle il y a 4 ans), prise de distance avec l’Arabie saoudite, volonté de revenir dans l’accord sur le nucléaire iranien, et marques d’affection envers des alliés malmenés. Tous ces sujets le démarquent de Donald Trump.

Le démocrate compte, aussi, et surtout, se concentrer sur la réponse internationale à la pandémie de Covid, y compris la coordination de la production, distribution et livraisons de vaccins, a précisé la Maison Blanche dans un communiqué.

La chancelière allemande, Angela Merkel, voudrait, de son côté, voir le G7 prendre plus de responsabilités concernant la réponse à la pandémie, selon son porte-parole.

L'Union européenne présidée par sa compatriote, Ursula von der Leyen (photo ci-dessous), va consacrer 1 milliard d'euros pour l'acquisition de vaccins européens contre le covid à envoyer dans le cadre du dispositif Covax.

Joe Biden a promis, d’ailleurs, vendredi, à l’occasion de cette réunion du G7, quatre milliards de dollars pour le dispositif COVAX, a indiqué, jeudi, la Maison Blanche.

Si les grandes puissances ont entamé des campagnes de vaccination massives contre le Covid-19, avec des succès variés, l’inquiétude monte concernant les pays défavorisés.

A la veille de la réunion du G7, le président français, Emmanuel Macron, a jugé insoutenable que les pays pauvres soient délaissés. A cet effet, il a plaidé dans le Financial Times pour que les pays riches envoient 3 % à 5 % de leurs doses disponibles à l’Afrique très vite, et que les gens les voient arriver sur le terrain, avant de mettre en garde contre une guerre d’influence faute d’action, citant la Chine et la Russie. Macron est terrorisé par la Russie qui vient de lui damer le pion en Centrafrique tout comme il ne gobe pas la Chine qui rafle les contrats partout en Afrique au grand désarroi des entreprises françaises.

Boris Johnson, qui peut se targuer du succès de sa campagne de vaccination, a déjà promis de redistribuer la plus grande partie de ses surplus via COVAX.

Partager