Aller au contenu principal

CENTRAFRIQUE : Lever l'embargo c'est ouvrir la porte aux marchands d'armes (russes, turcs et chinois)

Image
Partager
Categorie
mar 27/07/2021 - 12:59
Body

Les groupes armés occupent toujours une grande partie du territoire. Cantonnés dans les zones qu'ils contrôlent d'une main de fer, ils restent sur la défensive.

Les plus violents se tiennent en embuscade, prêts à lancer des attaques surprise. Munitions, armes, circulent à profusion en dehors de la capitale malgré l'embargo. Les milices parviennent à  se fournir en se rendant dans les pays voisins.

La  population centrafricaine est traversée par des divisions. Les milices ont réussi à créer un lourd climat de suspicion et de ressentiment entre les chrétiens et les musulmans, les agriculteurs et les éleveurs, entre certains groupes ethniques.

La Coalition des patriotes pour le changement en Centrafrique (CDC) qui regoupe les milices les plus déterminées affiche une volonté de négocier avec le gouvernement centrafricain, bien décidée à partager le pouvoir et n'est pas prête à déposer, du jour au ledemain, les armes.

Le pays est une poudrière. La levée totale de l'embargo sur les armes réclamée par le président centrafricain est, à l'évidence, prématurée.

Par ailleurs, d'un côté, on peut douter de la cohésion et la loyauté des forces armées centrafricaines, même très encadrées par les soldats russes et les mercenaires de Wagner. De l'autre, si la levée totale de l'embargo sur les armes est décidée, les marchands d'armes pourront sabrer le champagne et les milices se précipiter pour acheter des armes sans avoir à se dissimuler.

Les soldats de la Minusca décédés.Il s'agit des personnels décédés au premier semestre de l'année 2020.

La levée totale de l'embargo sur les armes est susceptible de générer de nouvelles flambées de violences et compliquera la tâche de la MINUSCA (Mission multidimensionnelle intégrée des Nations-Unies pour la stabilisation en Centrafrique) et des FACA (Forces armées centrafricaines). 

Le  Conseil de sécurité de l'ONU doit se prononcer le 29 juillet 2021 sur la question.

La Russie et la Chine sont favorables à la levée de l'embargo, la France, le Royaume-Uni et les Etats-Unis, y sont opposés et poseront, probablement, leur veto.

Lever l'embargo, c'est ouvrir la porte aux marchands d'armes. 

Patrick David 

Docteur en droit  

 

Partager

Politique

Khartoum a déjoué, mardi, 21 septembre, une tentative de coup d'état attribuée à des anciens responsables du régime d'Omar el-Béchir, chassé du pouvoir, il y a deux ans, par une révolte populaire.

Le déplacement au Sahel de la ministre française des Armées, Florence Parly, entamé au Niger (le nouveau bon élève de la doctrine militaire française en Afrique), vise notamment à exposer aux pays

Quand on lit  ‘L’homme révolté’, on s’aperçoit tout de suite que, pour Albert Camus, la révolte est toujours motivée par le sentiment d’une injustice, faite non seulement à soi-même, mais à tout ho