Aller au contenu principal

COTE D'IVOIRE : Le nouveau combat de Laurent Gbagbo (le pouvoir et le panafricanisme)

Image
Partager
Categorie
mar 02/11/2021 - 16:02
Body

Laurent Gbagbo, président du Parti des Peuples Africains de Côte d'Ivoire, PPA-CI, revient au premier plan dans le paysage politique de son pays. Lundi, 25 octobre, il a procédé à la nomination des membres de son nouveau parti.

L'ancien président se considère comme un messager et son cheminement à La Haye le prouve : « En 2013, deux juges sur trois avaient décidé de ne pas faire un procès car les charges étaient faibles. Mais malgré cela, on m'a jugé », soutient-il. Avant de poursuivre : « En 2018, deux juges sur trois m'ont blanchi. Me voici devant vous ». Et d'ironiser à l'endroit de ceux dont cette libération reste en travers de la gorge et qui en désespoir de cause, ont affirmé : « Je ne ferai plus de politique. J'irai m'installer au village, etc. Mais, dites-moi, avant de commencer à faire la politique, est-ce que je leur avais demandé leur avis ? Il y a une espèce d'outrecuidance, d'impolitesse à dire ça. Alors, je leur réponds, Moi, je vais faire la politique jusqu'à ma mort ». Car les enjeux sont de taille et concernent toute l'Afrique, d'où la création d'un parti panafricaniste, le PPA-CI. Pourquoi le panafricanisme ? « Avant, les Etats-Unis étaient constitués de 13 Etats. A peu près comme la CEDEAO. Après la guerre de sécession, ils ont aggloméré les autres. Ils sont, aujourd'hui, 51 Etats, à peu près comme l'Afrique. Que voudrais-je dire ? Que ce sont les grands qui sont puissants : Russie, Chine, Etats-Unis, Canada. Mais, chez nous en Afrique, chacun veut être président dans son village. Tant qu'on est dans les micro-Etats, on n'est rien. C'est de là que naît mon panafricanisme. Il reste l'Afrique et l'Amérique latine qui sont encore fragmentées. C'est la raison pour laquelle le PPA-CI fait appel aux autres partis progressistes pour que nous nous unissions ». Et Laurent Gbagbo d'ajouter : « J'ai été le seul président en Côte d'Ivoire à faire élire à l'OUA un Ivoirien comme secrétaire général et comme premier président de la Commission de l'Union africaine. C'était Essy Amara. Le panafricanisme chez moi n'est pas un slogan, mais une réalité. J'y crois. On va y travailler ».

Sommaire du 502Sommaire du numéro 502 de novembre 2021.

 

Edito du 502Le reste à lire dans le numéro 502 de novembre 2021 en vente chez les marchands de journaux.

 

Couverture du numéro 502 de novembre 2021.

Le numéro 502 de novembre 2021 est en vente chez les marchands de journaux à partir du 5 novembre 2021 ou directement au journal.

 

 

 

 

Partager

Politique

La Cour de cassation a écarté, mercredi, 1er décembre, tous les recours de l'ancien chef d'Etat, Nicolas Sarkozy, et de son camp dans l'enquête sur les soupçons de financement libyen de sa campagne

De nouvelles attaques en Centrafrique ont fait, dimanche, 28 novembre, une trentaine de morts à environ 500 km au Nord-Ouest de la capitale Bangui. Les rebelles du groupe 3R sont pointés du doigt.

Le prochain Sommet de l'Union africaine prévue à Addis Abeba (si les rebelles n'attaquent pas la capitale éthiopienne comme ils le projettent) permettra au président du Sénégal, Macky Sall, d'accéd

La junte militaire au pouvoir au Tchad a décrété, lundi, 29 novembre, une "amnistie générale" pour les rebelles et opposants condamnés notamment pour "atteinte à l'intégrité de l'Etat".