Aller au contenu principal

RDCONGO HOLD-UP : Joseph Kabila suspecté d’avoir détourné près de 140 Millions de dollars (La présidentielle arrive à grands pas)

Image
Partager
Categorie
dim 21/11/2021 - 18:53
Body

Ce vendredi, 19 novembre 2021, l’ancien président de la République démocratique du Congo (RDC), Joseph Kabila (2001-2017), est accusé avec sa famille et certains membres son ancien gouvernement, d’avoir détourné la maudite somme de 138 millions de dollars.

 

Ce n’est un secret pour personne, le blanchiment d’argent n’est pas une chose rare, surtout en Afrique. D’ailleurs, il n’est pas rare que des banques locales ou étrangères soient impliquées dans ces conspirations frauduleuses. Les fautes de gestion, les attributions de marchés fictifs, les dépassements de budgets ou encore la malversation financière, ne sont pas tolérables, Messieurs les acteurs pour le changement du continent africain. D’après Médiapart, entre 2013-2018, les 138 millions de dollars ont été détournés avec la complicité de la BGFI-Bank RDC au sein de laquelle des proches de l’ancien président avaient des intérêts et une grande responsabilité. Néanmoins, il faut savoir que la BGFI-Bank RDC dément tout type d’allégation l’accusant de malversation financière (sur notre photo la passation de service entre Joseph Kabila et Félix Tshishekedi : l'entente était parfaite d'autant plus que c'est Kabila qui a fait élire Tshisekedi).

CongoHold-up est la plus grande fuite de documents bancaires en Afrique actuellement. Plus de 3,5 millions de documents ultraconfidentiels ont été utilisés par plusieurs médias et ONG internationales, tous répartis dans 19 pays pour ainsi pouvoir retracer toute l’histoire. L’enquête révèle que 33 millions de dollars ont été déposés en espèces et que 72 millions de dollars d’origine « inconnue », ont transité par un compte de la BGFI-Bank RDC à la Banque centrale du Congo. Ce serait donc un total de 243 millions de dollars de fonds publics et suspects collectés. Cette affaire, nous rappelle les 180 milliards de CFA détournés au Cameroun en mai 2021, dédiés normalement à la lutte contre la pandémie mondiale de Covid-19.

Toutefois, chaque pays doit disposer selon les normes édictées par la Banque mondiale et le Fonds monétaire international, d’un système de supervision, ayant pour vocation de lutter contre le détournement des fonds publics dans le pays, par des politiciens corrompus. Cependant, il ne faudrait pas que les adeptes de cet organisme, soient eux aussi des gens que le gouvernement peut corrompre, afin qu'ils ferment les yeux. Il faut des personnes inflexibles à la tête de ce genre d’organismes.

Joseph Kabila.Joseph Kabila voudrait retrouver son fauteuil en 2023. Pour cela il compte les heures qui restent à Félix Tshisekedi à la tête de l'Etat. Mais, tout le monde n'est pas de cet avis. D'où RDCongo Hold-Up ?

Dans un communiqué de presse, le service officiel de communication de Joseph Kabila, a qualifié les conclusions de cette enquête de « fausses accusations », en déplorant un « acharnement injustifié », venant sans aucun doute de plusieurs nations cachées derrière ces ONG et médias. Cependant, il est sans aucun doute très légitime de se poser la question à propos de la RDCongo Hold-Up. Cette histoire serait-elle tout simplement une fixation exagérée sur l’ex-président ? Les Occidentaux n’exercent-ils pas un contrôle sur l’homme et voudraient l’anéantir en suscitant une forte polémique sur lui ? Bon à savoir : l'élection présidentielle à la quelle Joseph Kabila est d'ores et déjà un candidat redoutable pour l'actuel président en place, Félix Tshisekedi, aura lieu fin 2023. Ceci peut-il expliquer cela ?

TEDGA Marc Aurélien (Stagiaire)

 

 

Partager

Politique

La Cour de cassation a écarté, mercredi, 1er décembre, tous les recours de l'ancien chef d'Etat, Nicolas Sarkozy, et de son camp dans l'enquête sur les soupçons de financement libyen de sa campagne

De nouvelles attaques en Centrafrique ont fait, dimanche, 28 novembre, une trentaine de morts à environ 500 km au Nord-Ouest de la capitale Bangui. Les rebelles du groupe 3R sont pointés du doigt.

Le prochain Sommet de l'Union africaine prévue à Addis Abeba (si les rebelles n'attaquent pas la capitale éthiopienne comme ils le projettent) permettra au président du Sénégal, Macky Sall, d'accéd

La junte militaire au pouvoir au Tchad a décrété, lundi, 29 novembre, une "amnistie générale" pour les rebelles et opposants condamnés notamment pour "atteinte à l'intégrité de l'Etat".