Aller au contenu principal

SOMMET DE MONTPELLIER : La parole à la jeunesse (africaine)

Image
Partager
Categorie
mar 12/10/2021 - 16:54
Body

L’Afrique est le continent central de l’humanité, elle est globale, incontournable car c’est sur cette terre pleine de richesse que se jouent tous les challenges contemporains. C’est en Afrique que se jouera une partie de la croissance internationale, raison pour laquelle le président français a décidé de donner la parole à la jeunesse du continent lors du Sommet à Montpellier. Le sommet Afrique – France est-il un message envoyé à la Russie et à la Chine sur leur implantation sur le continent ?

 

En matière de président, il n’y en avait qu’un seul. Profitant de sa position et de l’absence de ses homologues, le président, Emmanuel Macron, était à la lumière des projecteurs. Démontrant son ambivalence et sa sympathie envers la jeunesse du continent, on peut dire que l’ambiance était plus joviale que d’habitude. Un vrai changement de climat qu’Emmanuel Macron a su modifier à son avantage. En effet, les concerts explosifs, les évènements sportifs sont beaucoup mieux que les grandes réunions entre chefs d’Etat qui d’ailleurs, se mettent rarement à la place de la jeunesse. De quoi mettre un coup de poing aux chefs d’Etat africains dont la plupart ne font que changer la Constitution a leur avantage pour résider plus longtemps au pouvoir. En Afrique, c’est ceux qui doivent partir, c'est eux qui volent la place de ceux qui doivent venir, telle est la philosophie de beaucoup. D’ailleurs le président, Emmanuel Macron, commence à le comprendre. Même si en 2017, au Burkina Faso, il reconnaissait qu’il n’avait « aucune leçon à donner » sur le fonctionnement des politiques des Etats africains, ni sur les tensions internes. Toutefois, il a quand même défendu sa position « de rendre la vrai démocratie et l’Etat de droit irrésistible ». Un message difficile à véhiculer chez beaucoup de leader africains.

Ce vendredi, 8 octobre, a été marqué par le Sommet Afrique – France, un Sommet comme l’avait annoncé le président de la République française, Emmanuel Macron.  Un Sommet consacré, majoritairement, à donner la parole à la jeunesse du continent africain.  « Il n’y a plus de politique africaine de la France », avait indiqué Emmanuel Macron, lors de son discours à la célèbre Université Professeur Joseph Ki-Zerbo de Ouagadougou, au Burkina Faso, le 28 novembre 2017.

Le dialogue a été ouvert durant l’après-midi en présence de 11 jeunes tous d’origines diverses discutant sur les grands thèmes indûment déposés par Achille Mbembe à l’Elysée quelques jours avant le Sommet (notre photo). Il a été conclu lors de ce Sommet qu’un Fond d’innovation pour la démocratie va être mis en œuvre. « 30 Millions d’euros », voici la somme investie pour ainsi soutenir les acteurs du changement sur le continent. Mais qui va garder et suivre les dépenses d’un tel investissement ? Par exemple, il ne faut pas oublier les milliards de CFA détournés au Cameroun et dédiés à la lutte contre la pandémie de Covid-19. Les fautes de gestion, les attributions de marché fictifs, les dépassements de budget ou encore la malversation financière, ce n’est plus tolérable Messieurs les acteurs pour le changement du continent africain, donc je vous en prie, accordez-vous !!!

Le contre-Sommet de Montpellier.A Montpellier, le contre-Sommet France-Afrique. Les Français condamnent clairement la politique de leurs dirigeants en Afrique.

Il y a aussi l’idée de la création de Maison des mondes africains qui fera l’objet d’une étude approfondie, celle aussi des restitutions d’œuvres, qui ont vaguement été mises à l’honneur à Montpellier alors que ce sujet est au cœur de la culture africaine. En ce qui concerne l’enseignement supérieur, des nouvelles dispositions seront mises en évidence afin de favoriser la mobilité des étudiants entre la France et l’Afrique, en s’appuyant sur des partenariats entre les établissements français et africains. Une décision assez surprenante et inattendue du président français qui avait décidé, il y a de cela quelques mois, d’augmenter les frais de scolarité des étudiants étrangers pour ainsi faire diminuer l’immigration estudiantine en France.

TEDGA Marc Aurélien (Stagiaire)

Partager

Politique

Le Parti des peuples africains-Côte d’Ivoire (PPA-CI) a organisé son congrès constitutif, les 16 et 17 octobre 2021.

On sait combien l'aide de la Russie est appréciée d'un président centrafricain qui ne s'en cache pas et le rappelle à l'envi, tout en prétendant ignorer l'existence des mercenaires de la société de

Le choix de Denis Kadima, un proche du président de la République démocratique du Congo (RDC), Félix Tshisekedi, pour diriger la stratégique commission électorale malgré le veto de l'épiscopat, pla

Alors qu'elle tente de tourner la page d'une décennie de chaos, une "conférence de soutien à la stabilité de la Libye" est organisée, jeudi, 21 octobre, à Tripoli, en présence de représentants de n