Aller au contenu principal

SOMMET SUR LA GUINEE : A quoi sert une CEDEAO qui condamne les coups d'état militaires et valide les coups d'état constitutionnels ?

Image
Partager
Categorie
sam 18/09/2021 - 01:53
Body

Un Sommet comme la CEDEAO ne devrait plus en organiser. La preuve du discrédit qui frappe cette organisation ouest-africaine qui avait validé (motus et bouche cousue) le 3e mandat anticonstitutionnel d'Alpha Condé, et qui s'empresse, aujourd'hui, de sanctionner le coup d'état militaire dont il fait l'objet, alors que le peuple le soutient pleinement. L'action de la CEDEAO est tellement controversée que le Sommet d'Accra du 16 septembre n'a pas fait le plein. A titre d'exemple, le Nigérian, Muhammadu Buhari (qui avait condamné les 3e mandats d'Alpha Condé et de l'Ivoirien Alassane Ouattara) n'a pas fait le déplacement. Il en est de même du Béninois, Patrice Talon. Seule une dizaine de chefs d'Etat sur les 15 a fait le déplacement, ce qui montre les dissensions au sein de cette fameuse CEDEAO. Réuni à Accra, le Sommet a vociféré comme jamais car « jamais deux sans trois » : il a pris des sanctions, mais on verra bien ce qu'elles donneront, l'organisation étant complètement vomie par les peuples de la CEDEAO.

A l’issue de ses délibérations, la Conférence a entériné les principales recommandations contenues dans le rapport de la Mission.

Sur la situation politique en République de Guinée

La Conférence réitère sa ferme condamnation du coup d'état du 5 septembre 2021 et réaffirme son exigence pour la libération immédiate et sans condition du président Alpha Condé. Elle rappelle encore qu’elle tient les membres du Comité national de rassemblement et de développement (CNRD) pour responsables individuellement et collectivement de l’intégrité physique du président Alpha Condé.

La Conférence a été informée de la situation socio-politique présente en République de Guinée et de l’engagement du CNRD à œuvrer pour un retour rapide de l’ordre constitutionnel. Elle a également noté la décision du CNRD d’engager des consultations avec l’ensemble des acteurs nationaux et internationaux sur la situation socio-politique en République de Guinée.

Buhari et Talon.Muhammadu Buhari et Patrice Talon semblent rire sous cape de cette CEDEAO qui soutient les coups d'état militaires et valide les coups d'état constitutionnels.

La Conférence s’est fortement préoccupée de la résurgence des coups d’état après ceux du Mali en 2020 et 2021. Preuve qu'elle refuse de se regarder dans un miroir car cette Conférence n'est en fait qu'un syndicat de chefs d'Etat qui sont là pour défendre leurs propres intérêts et rien d'autre.

Après examen du Rapport et Délibérations, la Conférence décide du maintien de la suspension de la Guinée de toutes les instances de la CEDEAO jusqu’à la restauration de l’ordre constitutionnel ; la tenue, dans un délai de six (6) mois, des élections présidentielle et législatives pour la restauration de l’ordre constitutionnel en République de Guinée ; la mise en œuvre des sanctions ciblées conformément aux protocoles de la CEDEAO, impliquant l’interdiction de voyage des membres du CNRD, ainsi que, des membres de leur famille et le gel de leurs avoirs financiers.
 

 

Partager

Politique

Des hommes armés ont emmené le chef du gouvernement, Abdallah Hamdok, et la plupart des ministres "vers une destination inconnue" tôt, lundi, 25 octobre, matin.

Le Parti des peuples africains-Côte d’Ivoire (PPA-CI) a organisé son congrès constitutif, les 16 et 17 octobre 2021.

On sait combien l'aide de la Russie est appréciée d'un président centrafricain qui ne s'en cache pas et le rappelle à l'envi, tout en prétendant ignorer l'existence des mercenaires de la société de

Le choix de Denis Kadima, un proche du président de la République démocratique du Congo (RDC), Félix Tshisekedi, pour diriger la stratégique commission électorale malgré le veto de l'épiscopat, pla