Aller au contenu principal

TCHAD : Idriss Déby Itno et le panafricanisme

Image
Partager
Categorie
lun 03/05/2021 - 11:16
Body

Selon des informations crédibles, Idriss Déby serait décédé, non pas le 20 avril 2021, mais, dans la nuit du 18 au 19 avril et ne serait pas tombé les armes à la main au cours d’un affrontement avec les rebelles du Front pour l’alternance et la concorde au Tchad, mouvement politico-militaire créé en Libye. Inhumé le 23 avril à Amdjarass, sa ville natale située dans la province de l'Ennedi Est qui fait frontière avec le Soudan, le maréchal du Tchad peut-il être considéré comme un panafricaniste au même titre que les Gamal Abdel Nasser (Egypte), Kwame Nkrumah et Jerry John Rawlings (Ghana), Thomas Sankara (Burkina Faso), Patrice Lumumba (Congo-Kinshasa), Julius Nyerere (Tanzanie) et Nelson Mandela (Afrique du Sud) ?

Je rappelle que le panafricanisme, né au début du XXe siècle, est un mouvement qui croit dur comme fer que les Noirs ne réussiront et ne seront respectés dans le monde que s’ils sont unis et solidaires. Voilà pourquoi, outre l’indépendance totale du continent africain, il prône l’unité politique et culturelle et la solidarité des Africains et des Noirs en général (ceux des Caraïbes et des Etats-Unis). Sans hésitation, certains considèrent que Déby est un panafricaniste parce que, expliquent-ils, il a combattu le terrorisme non seulement chez lui mais également au Cameroun, au Mali et au Niger, parce qu’il a contribué à l'installation et au financement de “Afrique Média”, une chaîne panafricaine qui a le vent en poupe depuis quelques années en raison de sa participation à l'éveil des consciences. Pour d’autres, l’ancien homme fort du Tchad a servi les intérêts de la France, laquelle France sauva son régime plus d’une fois quand il était sur le point d’être renversé par des rebelles et lui rendit hommage en affirmant par la voix d’Emmanuel Macron, le 20 avril, qu’elle avait “perdu un ami courageux”. Ils ajoutent que Déby n’a construit ni écoles, ni hôpitaux, ni voies routières et qu’il fallait s’abstenir de dénoncer les tares et abus de son régime si on ne voulait pas être emprisonné ou assassiné. Enfin, ses détracteurs font remarquer que Déby effectua plus de visites à l’Elysée que la chancelière allemande Angela Merkel.  

Idriss Déby a-t-il servi tous les Tchadiens et a-t-il fait avancer le Tchad ? En attendant le travail et le jugement des historiens, je voudrais livrer ici deux faits. Je fus témoin du premier quand j’enseignais au Collège Charles Lwanga de Sarh, la troisième ville du pays, entre 1989 et 1991. Le premier fait, c’est son arrivée au pouvoir. La facilité avec laquelle les soldats du Mouvement patriotique du salut (MPS) entrèrent à N'Djamena le 1er décembre 1990 me fit penser que Déby avait pris le pouvoir avec l'accord de François Mitterrand qui avait peu apprécié la sortie de Hissène Habré contre la doctrine du Sommet franco-africain tenu à la Baule, quelques mois plus tôt. D’après cette doctrine, l'aide française, si tant est qu’elle ait jamais existé, serait accordée uniquement aux pays africains qui se démocratiseraient. Dans "Le piège africain de Macron" (Fayard, 2021), Antoine Glaser et Pascal Airault confirment que, sans le feu vert de Mitterrand, Déby n’aurait pas pu chasser Habré arrivé au pouvoir en 1982.

Le second fait est que le pétrole, dont l’exportation débuta en 2003 avec 140 000 barils journaliers, ne profita ni à Doba ni aux autres villes du Tchad. Une partie des revenus de ce pétrole alla dans les caisses de Paris. Une autre partie permit à Déby d'acheter des armes. Pour avoir dit que Doba manquait d'électricité, de centres de santé et d'eau potable malgré la découverte de l'or noir, Mgr Michel Russo fut expulsé par le gouvernement tchadien, le 12 octobre 2012.

On l’a déjà mentionné : Déby prêta main forte au Cameroun, au Mali et au Niger confrontés à Boko Haram et aux djihadistes et ce soutien décisif diminua considérablement les attaques terroristes dans ces pays. Mais, force est d’admettre que le même Déby contribua à la déstabilisation de Centrafrique en suscitant et en soutenant en 2013 la-Séléka (mot sango signifiant alliance) contre François Bozizé quand celui-ci refusa de partager le pouvoir avec l’opposition.

Certes, l’ancien président tchadien pensait qu’était venu le moment de revoir les accords monétaires entre la France et ses ex-colonies mais, il ne sortit pas de la zone franc comme le Maroc et la Tunisie en 1958, l’Algérie et le Mali en 1962, Madagascar en 1973. De même, il ne retira pas son pays de la Cour pénale internationale (CPI) jugée raciste et impérialiste en octobre 2013 par les présidents africains. Seul le Burundais, Pierre Nkurunziza, passa des discours aux actes. Déby ne condamna jamais le coup d'état de la France en Côte d'Ivoire ni l'injustice faite à Laurent Gbagbo en 2011.

Il déclara une fois avoir été contraint en 2006 par la France de rempiler alors qu'il voulait démissionner. Un homme qui n'est pas accroc au pouvoir, peut-on l'obliger à agir contre son gré ? Est-ce la même France qui le força à nommer ses parents partout où l'on pouvait s'enrichir et à tuer ses opposants parmi lesquels Joseph Behidi, ancien vice-président de la Ligue tchadienne des droits de l’homme assassiné le 16 février 1992, le colonel, Abbas Koty, tué le 22 octobre 1993 et Ibni Oumar Mahamat Saleh, recteur de l’Université de N’Djamena et porte-parole de l’opposition, enlevé le 8 février 2008 ?

Idriss Déby Itno courbé devant son maître François HollandeIdriss Déby Itno "le panafricaniste" courbé devant son maître François Hollande.

Il me reste à donner mon avis sur la question posée plus haut : oui ou non, Idriss Déby peut-il être perçu comme un panafricaniste au sens que Marcus Garvey, Edward Blyden, George Padmore, Anténor Firmin, Du Bois, Nkrumah et d’autres donnent à ce terme ? Je préfère, pour ma part, appeler l’ancien président tchadien un sympathisant de la cause panafricaine ou un panafricaniste de la onzième heure. Je veux dire par là que l’Afrique ne fut pas sa priorité pendant de nombreuses années parce que l’alliance scellée avec la France et par laquelle il était tenu ne lui permettait pas d’être un panafricain pur et dur ou de militer à visage découvert pour la souveraineté de l’Afrique. Refusa-t-il au dernier moment d’aider la France à déstabiliser le Cameroun ? Certains Africains le pensent sincèrement. Ce que je sais, c’est que, ces dernières années, Déby avait abandonné le langage diplomatique pour critiquer ouvertement le F CFA, un des trois piliers de la Criminelle Françafrique, et la volonté de l’Occident de contrôler l’Afrique et de lui imposer ses vues. Il est possible que le successeur de Habré ait fini par comprendre que “pas un seul Etat africain actuel ne peut réussir la transition vers un développement réel dans une démarche individuelle et isolée [et que] seule une Afrique unie fonctionnant sous un gouvernement fédéral peut vigoureusement mobiliser les ressources intellectuelles, matérielles et morales de nos différents pays, et parvenir ainsi à opérer un changement radical, profond et structurel rapide des conditions de notre peuple” (K. Nkrumah, ‘Africa must unite’) mais cela est-il suffisant pour qu’on le prenne pour un panafricaniste ?

Tout ce qui est excessif est insignifiant”, disait Talleyrand. J’ai envie de remplacer “insignifiant” par “dangereux”. Déby était en danger après avoir brigué un 6e mandat parce que ce mandat était un mandat de trop, parce que vient un moment où le peuple, longtemps opprimé et pressuré, trouve la force de se lever pour renverser la table du festin, festin auquel il ne fut jamais convié.

Jean-Claude DJEREKE

est professeur de littérature à l'Université de Temple (Etats-Unis).

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager

Politique

Le 19 septembre 2002, des militaires originaires du Nord ivoirien et entraînés au Burkina Faso (Ibrahim Coulibaly dit IB, Chérif Ousmane, Koné Zakaria, Tuo Fozié, Touré Hervé, Issiaka Ouattara alia

Les conclusions du rapport des experts des Nations-Unies concernant les accusations d'exactions et d'atteintes aux droits humains commises par les mercenaires de la société de sécurité, Wagner, son

La ministre française des Armées, Florence Parly, s'est entretenue, mardi, 15 juin, avec le général de division, Laurent Michon, qui prendra le commandement de l’Opération Barkhane le 28 juillet.

Vital Kamerhe, ancien directeur de cabinet du président de la République démocratique du Congo (RDC), a vu sa peine réduite lors de son procès en appel, mardi, 15 juin, de 20 à 13 ans de travaux fo