NATIONS-UNIES : Faure Gnassingbé plaide pour une Afrique digne et respectée

NATIONS-UNIES : Faure Gnassingbé plaide pour une Afrique digne et respectée

Lors de la deuxième séance de la 70e session de l'Assemblée Générale de l'Organisation des Nations -Unies (ONU), le président du Togo, Faure Gnassingbé, a axé son intervention sur les défis du Togo en matière de développement et de réduction des inégalités sociales. A l'heure où les pays membres de l'organisation mondiale procèdent à un inventaire des avancées réalisées dans le cadre des Objectifs du millénaire pour le développement (OMD), le président togolais a relevé l'inégalité des progrès et la variabilité des succès ici et là. 

Dans le cas du Togo, « les efforts déployés depuis l'adoption de la déclaration du millénaire ont permis d'atteindre la cible relative à la lutte contre la malnutrition et la faim », avant de préciser qu'en matière d'éducation, les taux de scolarisation se sont améliorés, aussi bien, pour les filles que pour les garçons.

Parlant de la santé, Faure Gnassingbé s'est félicité du recul du taux de prévalence du VIH SIDA,  au Togo, mais aussi, de l'autonomisation, toujours, croissante de la femme et de l'employabilité des jeunes qui se renforce davantage. Après que l'ONU ait associé le Togo au processus de préparation de l'Agenda de développement post-2015, Faure Gnassingbé s'en est réjoui avant de rappeler que son pays a été choisi « avec Belize, comme pays pilotes pour l'expérimentation de la nouvelle approche en matière de planification du développement ».

Evoquant le programme national de renforcement des capacités et de modernisation de l'Etat, qui couvre la période 2015-2019, le président de la République a insisté sur sa vocation, qui est de s'attaquer « aux causes structurelles de la pauvreté et des inégalités, tout en mettant l'accent sur les risques environnementaux liés notamment aux changements climatiques ».

Le chef de l'Etat togolais n'a pas manqué de souligner l'importance des ressources humaines dans la marche vers un développement intégral. Il a rappelé, à cet effet, que les efforts nationaux dépendaient en partie de l'environnement international d'où le besoin d'accorder de la place « aux valeurs de solidarité, notamment, à travers la mobilisation accrue des ressources pour le financement d'un développement durable et partagé ».

Organisateur de la grande conférence de l'Union africaine sur la sécurité maritime et le développement en Afrique, en début de l'année prochaine, à Lomé, le président a lancé un vibrant appel à l'Assemblée Générale pour oeuvrer en faveur du succès de cette conférence, et de rappeler que « La mer est au cœur même des enjeux du développement durable ».

Avant de clore son propos, le président du Togo, Faure Gnassingbé, a attiré l'attention de ses interlocuteurs sur l'importance du discernement et du pragmatisme dans la mise en œuvre des Objectifs de Développement Durable (ODD) en cours d'adoption. Reprenant à son compte une déclaration du Symposium des conférences épiscopales d'Afrique et de Madagascar, il a souhaité que, dans le débat relatif aux droits sexuels et reproductifs, « chaque pays applique -ces droits- en fonction des exigences de son cadre légal et réglementaire ». Le dirigeant togolais a émis enfin le vœu que les divergences de points de vue en la matière « ne se traduisent pas systématiquement en conditionnalités pour le financement du développement ».