ADMINISTRATION BIDEN : Le futur chef de la Maison Blanche choisit l'ex-général Lloyd Austin pour diriger le Pentagone

Selon plusieurs médias américains, le président élu, Joe Biden, a choisi le général à la retraite, Lloyd Austin, qui supervisait les troupes américaines déployées au Moyen-Orient pendant le mandat de Barack Obama, comme secrétaire à la Défense. S'il était confirmé à ce poste par le Sénat, il deviendrait le premier Africain-Américain à prendre la tête du Pentagone. La structure qui fait des Etats-Unis l'unique super-puissance mondiale.

Les Etats-Unis auront peut-être bientôt leur premier secrétaire à la Défense africain-américain. Le président élu, Joe Biden, a choisi l'ancien général, Lloyd Austin, pour diriger le Pentagone, ont, en effet, annoncé, lundi, 7 décembre, plusieurs médias américains. Selon Politico, qui a le premier rapporté l'information, Joe Biden pourrait, officiellement, dévoiler le nom de l'heureux élu, mardi, 8 décembre.

Ce général de l'armée de terre à la retraite, âgé de 67 ans, a combattu en Irak et en Afghanistan avant de devenir le premier homme de couleur à diriger le commandement central de l'armée américaine (CENTCOM).

S'il était approuvé par le Sénat, l'ex-général serait le premier Africain-Américain à diriger la première armée du monde, au sein de laquelle la communauté noire est très représentée.

L'ancien chef du CENTCOM - l'organisme supervisant les guerres au Moyen-Orient - aurait ainsi été préféré à Michèle Flournoy, qui aurait pu devenir la première femme à diriger le Pentagone. 

Lloyd Austin avait succédé à la tête du CENTCOM à Jim Mattis, qui fut le ministre de la Défense de Donald Trump de 2017 à 2019. Il a pris sa retraite en 2016, avant de se reconvertir dans l'industrie de la défense, comme nombre de ses prédécesseurs. Il siège, notamment, au conseil d'administration de Raytheon Technologies. Cette position lui a d'ailleurs valu les critiques de certains progressistes.

Des élus du Congrès et des experts en sécurité nationale s'étaient aussi prononcés contre sa nomination, notant que sa retraite datait de moins de sept ans. Le Congrès américain, qui tient au contrôle civil sur les militaires, a adopté une réglementation stipulant qu'un ancien militaire devait être à la retraite depuis plus de sept ans pour devenir ministre de la Défense.  Comme ce délai ne serait pas respecté avec Lloyd Austin, les élus devraient lui accorder une dispense. Ils l'avaient fait en 2016 pour Jim Mattis, mais, en protestant.

"Sa candidature ne devrait pas être considérée, de même que celle de Mattis n'aurait pas dû l'être", a tweeté, lundi, l'élu conservateur Justin Amash. "La loi interdit à des militaires récemment retraités d'occuper ce poste civil. Biden ne devrait pas être le deuxième président consécutif à violer cette norme".

Sur cette photo, le 20 décembre 2011 à la Base Andrews (Washington), Barack Obama et son vice-président Joe Biden viennent installer le général Lloyd Austin comme commandant des forces américaines en Irak.

"Je n'ai que du respect pour Lloyd Austin, mais, choisir un autre général retraité si récemment qu'il lui faudra une dispense du Congrès envoie un très mauvais message", a ainsi tweeté Rosa Brooks, une ancienne responsable du Pentagone qui enseigne, aujourd'hui, à la Georgetown University.

 

Des parlementaires et personnalités noirs avaient appelé Joe Biden à nommer davantage d'Africains-Américains à des postes-clés de son cabinet. Le président élu, 78 ans, et sa future vice-présidente, Kamala Harris, 56 ans, première femme et première personne noire à occuper ce poste, ont promis un gouvernement qui "ressemble à l'Amérique", dans toute sa diversité. 

Avec AFP

 

Les plus populaires