AFRIQUE DU SUD : Déjà milliardaire, Cyril Ramaphosa veut être payé plus cher que Jacob Zuma ce qui fait scandale

Depuis le départ de la présidence sud-africaine de Nelson Mandela et de l'idéologue et pragmatique (froid), Thabo Mbeki, leurs successeurs ne seraient-ils que des affairistes ? Cyril Ramaphosa s'est fait élire sur son programme de lutte contre la corruption et a promis que Jacob Zuma, le corrompu, ne serait pas protégé pour échapper à la justice. Mais, voilà qu'à peine élu, lui, la douzième fortune du pays, milliardaire de son état, a vite fait d'augmenter son salaire annuel de 50.000 euros par rapport à celui que touchait Jacob Zuma et qui faisait, déjà, hurler les Sud-Africains. Le pays de l'Arc en Ciel est-il maudit ?

La publication du futur budget de l'Etat a permis aux députés grognards du parti de gauche, EFF, de sortir de la réserve qu'ils observaient depuis la chute de leur ennemi juré, l'ancien président, Jacob Zuma. Leur sang n'a fait qu'un quart de tour en voyant le salaire annuel, en 2018, de leur nouveau président, Cyril Ramaphosa (sur notre photo en train de prêter serment pour devenir président de la République).

En 2018, Cyril Ramaphosa va, en effet, gagner près de 248.000 euros, soit, quasiment, 50.000 euros de plus que son prédécesseur, Jacob Zuma, dont le salaire dépassait les 197 500 euros par an. Le chef de l'Etat sud-africain reste le mieux payé d'Afrique (au niveau de la feuille de paie) et se situe dans le top 10 au niveau mondial.

Comme le leader de EFF, Julius Malema, n'est, jamais, à court d'idée, il a suggéré à Cyril Ramaphosa de faire don de ce salaire afin que certains services de santé du pays soient réhabilités. Car pour Malema, il n'en a pas vraiment besoin.

Le patron des Combattants de la liberté (économique) a ajouté que « la maison (de Cyril Ramaphosa au Cap) est en meilleur état que le service de pédiatrie de l'hôpital de Soweto ». La présidence sud-africaine est restée sourde à ces commentaires comme si elle ne les avait pas compris. Cela veut dire que la campagne présidentielle de 2019 a, déjà, commencé et que tous les coups seront permis. Cyril Ramaphosa brigue la succession de Jacob Zuma pour le compte de l'ANC. Julius Malema, aussi, pour le compte de EFF.

Douzième fortune du pays en 2015, selon le magazine américain Forbes, Cyril Ramaphosa possédait pas moins de 32 propriétés rien qu'en Afrique du Sud, ce qui peut être contre-productif pour lui qui veut passer pour l'homme du peuple.

Les plus populaires