AFRIQUE DU SUD : Trois ministres demandent à Jacob Zuma de démissionner

On ne sait pas si la fronde actuelle ne va pas, finalement, emporter, le très indigne président sud-africain, Jacob Zuma ? En effet, trois ministres ont exprimé leur défiance vis-à-vis du chef de l'Etat, ce week-end, lors d'une réunion de la direction du Congrès national africain (ANC, au pouvoir), selon le site d'information, News 24, citant des sources internes au parti.

Depuis samedi, les instances dirigeantes de l'ANC sont réunies, à huis clos, dans un hôtel de Pretoria pour discuter de l'avenir de leur président et chef de l'Etat, Jacob Zuma, dont le second mandat ne doit s'achever qu'en 2019.

Lors de leur réunion, le ministre du Tourisme, Derek Hanekom, et ses collègues de la Santé, Aaron Motsoaledi, et des Travaux publics, Thulas Nxesi, ont mis le feu aux discussions en proposant le départ de leur chef. Du jamais vu dans le passé. Au point où début novembre, on se souvient que même la Fondation Mandela avait demandé la démission de Jacob Zuma. Un affront incroyable qu'on voyait venir, le président sud-africain ayant un comportement qui montre qu'il a dépassé la honte.

Initialement prévue jusqu'à dimanche, cette réunion a été prolongée jusqu'à ce lundi.

Le parti de feu Nelson Mandela traverse une crise provoquée par le revers historique du parti aux municipales d'août et les affaires qui visent Jacob Zuma, âgé de 74 ans.
Le président a dû rembourser, cette année, près de 500.000 euros à l'Etat dans une affaire d'abus de biens sociaux liés à la rénovation de sa résidence privée de Nkandla (Est).

Il est, également, sous la menace de la réouverture de 783 charges de corruption dans une vieille affaire de contrat d'armement. Un rapport de la médiatrice de la République a, également, récemment, mis en lumière, son étroite collusion avec une richissime famille d'hommes d'affaires, les Gupta.

Ces dernières semaines, déjà, plusieurs de ses dirigeants ont évoqué le départ anticipé du chef de l'Etat, soutenus par de nombreuses figures historiques de la lutte contre l'apartheid.
Malgré ces mises en cause, Jacob Zuma dispose, encore, du soutien d'une majorité de députés de l'ANC, mais, jusques à quand, puisque ce sont, maintenant, les ministres de son gouvernement (exécutif) qui s'en mêlent, bruyamment, en demandant sa démission à haute voix ?

Les plus populaires