AFRIQUE DU SUD/ETATS-UNIS : Honte au futur ex-président Donald Trump qui essaie de salir la mémoire du Très Vénéré Mandela

Les remarques racistes contre Nelson Mandela proférées par Donald Trump, suscitent de la colère en Afrique où on respecte les morts, qui plus est, quand il s'agit d'un illustre disparu de la trempe de Nelson Mandela dit Madiba. Trump, qui devrait quitter la Maison Blanche en janvier prochain, suite à la cuisante défaite qui l'attend le 3 novembre (malgré le soutien appuyé de l'espionnage russe qui ne fonctionnera plus cette fois comme contre Hillary Clinton en 2016), touche par ses insultes, un être sacré, une véritable icône de la lutte anti-apartheid. L'émotion de sa nème sortie de route est tellement vive qu'Afrique Education ne peut laisser passer, bien que le silence soit la meilleure réponse à apporter à un individu au QI presque nul et qui n'aurait jamais, jamais, dû être le président de la nation la plus puissante de la terre. Notre rédaction condamne fermement le dérapage raciste du président des Etats-Unis à l'endroit de notre Madiba continental.

Comme toujours, de telles révélations ne sont jamais faites par des personnes du dehors, mais, par ses plus proches collaborateurs ayant pris congé de son ignoble personne, ou par les membres de sa propre famille comme sa nièce. Cette fois, c’est son ancien avocat, Michael Cohen, qui met le feu aux poudres. Dans des mémoires publiées le 8 septembre, il accuse Donald Trump de remarques racistes à l’égard de plusieurs dirigeants noirs, notamment, son prédécesseur, Barack Obama, mais aussi, l’icône de la lutte anti-apartheid, Nelson Mandela. Le Washington Post s’est procuré des extraits de cet ouvrage dans lequel l'auteur cite Donald Trump affirmant que Mandela "n’est pas un vrai leader" et le décrit  "faisant l’éloge de l'apartheid". Pour Trump, l'Afrique du Sud était un beau pays avant l'arrivée des Noirs au pouvoir.

La colère gronde en Afrique du Sud où le Congrès National Africain (ANC), fer de lance de la lutte anti-apartheid, note "le contraste saisissant" entre Donald Trump et Nelson Mandela, prix Nobel de la paix, qui comprenait la valeur des amitiés internationales, contrairement, à Trump qui ne respecte aucun accord international qui ne l'arrange pas, et qui est un homme « clivant, misogyne et irrespectueux », réagit le parti de Nelson Mandela. 

Sept ans après sa disparition, Nelson Mandela reste le symbole de la lutte pour l’émancipation et la dignité humaine. Il a passé près de trois décennies en prison pour son combat contre le régime raciste de l’apartheid. C’est donc un sacrilège que commet Trump en profanant la mémoire d'un vénéré personnage que respectent tous les anciens chefs d'Etat américains encore en vie à commencer par le républicain George W. Bush (George W. Bush et Nelson Mandela à la Maison blanche, le 12 novembre 2001). Rien que cette photo est une réponse cinglante aux propos mal maîtrisés du locataire actuel de la Maison Blanche.

Les plus populaires