Aller au contenu principal

AFRIQUE EDUCATION : Le numéro 496 de mai chez les marchands de journaux mercredi 28 avril

Image
Partager
Categorie
mar 27/04/2021 - 09:26
Body

Ce numéro 496 qui devait sortir fin mars et qui a été décalé suite à la décision des autorités françaises de lancer un 3e confinement courant avril, sera chez les marchands de journaux à partir de mercredi, 28 avril. Depuis samedi, 24 avril, il est disponible chez les abonnés (notamment de France). Bonne lecture tout simplement.

ALTERNANCES EN AFRIQUE : MEME PAS PEUR DU COMBAT NI DE L'ADVERSITE

Avril 2006. Je suis à Libreville à l'invitation du patriarche, El Hadj Omar Bongo Ondimba. Ce séjour a lieu au moment où le Gabon vient de perdre son président du Sénat, Georges Rawiri. Un intime du chef de l'Etat. A l'hôtel Atlantique (juste en face de l'aéroport) où je loge, on me souffle à l'oreille qu'une forte délégation du Congo-Brazzaville est attendue à Libreville, pour le deuil, et que plusieurs dignitaires du régime devant accompagner le président, Denis Sassou-Nguesso, vont séjourner à l'hôtel Atlantique. C'est ainsi que je décide de mettre fin à mon séjour dans la capitale gabonaise, sans même dire au revoir au patriarche. Je pars en catastrophe parce que je ne veux pas que la première dame du Gabon sache que j'étais à Libreville. En effet, fille du chef de l'Etat congolais, Dr Edith Lucie Bongo Ondimba m'avait interdit de séjourner au Gabon. J'y étais persona non grata. Juste parce que je n'aimais pas son père (Denis Sassou-Nguesso) et que je parlais mal de lui dans Afrique Education, disait-elle. Pour ne pas la contrarier, son distingué époux me faisait venir quand elle était à l'étranger. Ce fut le cas cette fois.

J'avais un billet d'avion Camair (Cameroon Airlines) et, par chance, la réception de l'hôtel me fit savoir que le vol Camair au départ de Libreville pour Douala, était (miraculeusement) retardé et que le Boeing 767 (Le Dja) était stationné dans un coin de l'International Leon Mba Airport, en attendant le décollage. En un temps trois mouvements, je me retrouvai à l'aérogare où je ne rencontrai aucun problème pour embarquer bien que le vol était déjà fermé depuis longtemps : mon billet First me sauva la vie. On finit par décoller. Mais, alors que je pensais que l'avion ferait escale à Bangui avant de regagner Douala, je fus surpris quand le pilote annonça un premier arrêt à Brazzaville Maya Maya. Je fus, immédiatement, envahi par une grosse peur d'autant que dans la cabine First, il y avait un individu à la mine taciturne, qui n'arrêtait pas de me dévisager. M'avait-il reconnu ? Dès l'atterrissage, ce bonhomme descendit. Il était arrivé à bon port. Quelque chose me dit qu'il allait signaler ma présence dans l'appareil, ce qui pouvait me créer des ennuis. Je téléphonai, immédiatement, à mon avocat à Pointe-Noire, Me Aimé Lavie Mienandy, qui écouta attentivement mon récit, avant de me dire ce qu'il y avait lieu de faire en cas de souci. Mais, ce fut plus de peur que de mal : à l'annonce de la fermeture des portes de l'avion, je lui passai un rapide coup de fil pour lui dire qu'on allait décoller pour Bangui.

Je raconte cette épopée pour faire comprendre les risques que je prends parce que je refuse de prendre des écarts avec la vérité. D'ailleurs, l'une des devises d'Afrique Education, c'est dire « La vérité quel qu'en soit le coût » ! On éduque à Afrique Education. Votre magazine ne dit que la vérité sur le Congo-Brazzaville. Il peut se tromper parce que manipulé, mais, il est, toujours, de bonne foi, sans volonté de nuire, même si, parfois, il arrive qu'on lui fasse comprendre que toute vérité n'est pas bonne à dire. Mais si toute vérité n'est pas bonne à dire, l'autocensure n'est-elle pas aussi condamnable ? Si on étouffe les vérités alors qu'on est un leader d'opinion, ne trahit-on pas l'Afrique ?

Les multiples problèmes que le continent rencontre, sont-ce des extra-terrestres non-africains qui viendront y trouver des solutions ?

Personnellement, je n'accepte PLUS quand on dit que l'Afrique n'est pas indépendante, que tel ou tel pays ne peut prendre son destin en main parce qu'il est sous le contrôle de tel lobby ou de tel pays étranger. La liberté ou l'indépendance ne s'octroient nulle part. Elles s'arrachent.

D'autre part, la liberté et l'indépendance sont un état d'esprit. Dans l'absolu, l'indépendance n'existe pas. On est indépendant par rapport à quelqu'un, à un fait, à une situation, à une attitude. Tout comme la liberté n'a rien d'absolu : la vôtre se termine là où commence la mienne et vice versa.

Il faut que les Africains s'assument plus qu'ils ne le font actuellement. Je suis par exemple écoeuré de la mollesse des Ivoiriens à qui le président, Alassane Ouattara, a imposé un 3e mandat, avec, seulement, 8% des personnes qui sont allées voter, alors que la constitution le lui interdisait. Cela veut dire que le peuple ivoirien, de façon massive, a refusé la réélection de Ouattara, mais que, ce sont les leaders de l'opposition, qui n'ont pas été à la hauteur pour conduire le pays à l'alternance. Ces leaders ivoiriens n'avaient pas de stratégie. Et puis, les vrais accompagnateurs sur lesquels pouvait réellement compter Henri Konan Bédié, ne dépassaient pas les doigts d'une main. Voilà donc Alassane Ouattara qui a repris le pays comme s'il était le messie d'avril 2011. Alors que pour obtenir ce 3e mandat, ses partisans se sont livrés à des horreurs inqualifiables que seule la Cour pénale internationale jugera un jour. Par exemple, quand ses partisans se sont livrés à un match de football en se servant de la tête d'un membre de l'opposition comme ballon. Des images insoutenables dans le pays de celui qui revendique l'héritage du Vieux Sage Félix Houphouët-Boigny, l'homme de paix et du dialogue véritable.

Les Nations-Unies, l'Union africaine, la CEDEAO, vainement, appelées au secours par Henri Konan Bédié, ont montré leur parti pris. Cela veut dire que la libération de la Côte d'Ivoire sera une affaire des Ivoiriens et des seuls Ivoiriens, et non celle de la communauté (dite) internationale, qui est complice des errements du régime en place.

La situation en Guinée et au Bénin me rend aussi en colère. Premier pays à avoir organisé une Conférence nationale souveraine en février 1990, le Bénin après avoir connu plusieurs alternances à la tête de l'Etat, tout comme le Sénégal, a entrepris une marche en arrière qui le place, aujourd'hui, au même rang que les démocratures de l'Afrique comme le Tchad ou le Congo-Brazzaville où le président de la République, se maintient au pouvoir sans aucune majorité réelle dans le pays.

Les proches du président, Patrice Talon, doivent lui dire qu'il fait fausse route. Et qu'il est temps, maintenant qu'il a obtenu son deuxième mandat sans effort, de rouvrir le pays au pluralisme démocratique qu'on lui a toujours connu, sinon, ce qui est arrivé au Mali est quelque chose qui n'arrive pas qu'aux autres. D'ailleurs, et n'ayons pas peur des mots, le Mali est un très bon exemple à suivre si on veut (vraiment vraiment) que l'Afrique avance.

Le sommaire du numéro 496 de mai 2021.Ce numéro est disponible chez vos marchands de journaux.

 

 

 

 

Partager

Politique

Selon des informations crédibles, Idriss Déby serait décédé, non pas le 20 avril 2021, mais, dans la nuit du 18 au 19 avril et ne serait pas tombé les armes à la main au cours d’un affrontement ave

François Bozizé se terre en brousse au milieu de ses partisans. En prenant la tête de la Coalition des patriotes pour le changement (CPC), a-t-il fait le geste de trop ?

Le remède contre le coronavirus découvert au Bénin et à Madagascar, les Européens ne veulent pas en entendre parler, ils s’en moquent comme de l’an quarante.

Ce numéro 496 qui devait sortir fin mars et qui a été décalé suite à la décision des autorités françaises de lancer un 3e confinement courant avril, sera chez les marchands de journaux à partir de