Aller au contenu principal

BURKINA FASO : Le nouveau chef d'état major pourra-t-il mieux faire contre les djihadistes ? (On en doute!)

Image
Partager
Categorie
mer 13/10/2021 - 17:10
Body

Le nouveau chef d’état-major de l’armée burkinabè, le général, Gilbert Ouedraogo, nommé début octobre, a été chargé, mardi, 12 octobre, de "réorganiser" les forces de défense et de sécurité pour plus d’efficacité dans la "guerre" contre les djihadistes dont les attaques endeuillent régulièrement le pays. Une simple nomination aidera-t-elle la fragile armée burkinabé à inverser la tendance ? Dans certains milieux burkinabé, on envisage de plus en plus l'appel aux mercenaires de la Société russe, Wagner, pour aider l'armée burkinabé non seulement à se former, mais aussi, à mener sur le terrain des combats. Après le Mali où Wagner va atterrir, bientôt, la France risque d'avoir fort à faire avec le Burkina Faso, pays, totalement, malmené par les forces djihadistes du Sahel.

"Nous attendons du nouveau chef d’état major général des armées qu’il remobilise les troupes et réorganise l’ensemble des forces pour les relancer de manière beaucoup plus efficace dans la lutte contre cette menace, qui évolue et pour laquelle nous devons nous adapter en permanence", a déclaré le ministre délégué à la Défense nationale, le général, Barthélémy Simporé, à l’issue d’une sobre cérémonie de passation (notre photo).

Nommé le 6 octobre par le président, Roch Marc Kaboré, le général Ouedraogo succède au général, Moise Miningou, qui a passé moins de trois ans à la tête de l'armée burkinabè.

Si aucune explication officielle n'a été donnée, ce remplacement à la tête des forces armées est intervenu deux jours après une attaque d'envergure contre le détachement de Yirgou (Nord). Quatorze militaires ont été tués et sept blessés lors de cette attaque.

"Gardons constamment à l’esprit que nous sommes en guerre", a déclaré le nouveau chef d’état major.

"Ce n’est pas l'apanage des seules forces de défense et de sécurité, encore moins, des forces armées nationales. C’est l'affaire de tous. Chaque Burkinabè pris individuellement est un acteur-clé de la lutte. Engagez-vous, chacun avec les armes dont il dispose, pour ramener les frères égarés à la raison et à déposer les armes", a-t-il ajouté.

Pays sahélien pauvre, le Burkina Faso est confronté depuis 2015 à des attaques de plus en plus fréquentes et meurtrières de groupes djihadistes affiliés à l'Etat islamique (EI) et à Al-Qaïda, visant civils et militaires.

Le général Ouedraogo.Le général Gilbert Ouedraogo arrivera-t-il à couper la tête du djihadisme au Burkina Faso ?

Ces attaques, parfois, mêlées à des violences intercommunautaires, ont fait environ 2.000 morts et contraint 1,4 million de personnes à fuir leur foyer.

La solution qu'envisagerait discrètement Ouagadougou, c'est de faire appel aux fameux mercenaires de la Société Wagner. Mais, on attend d'abord de voir comment ils vont être accueillis au Mali avant de s'engager publiquement avec cette société. Mais, au regard des pertes enregistrées, le Burkina Faso n'a plus guère le choix : il va s'orienter vers d'autres partenariats dans les prochains mois.

 

Partager

Politique

Le Parti des peuples africains-Côte d’Ivoire (PPA-CI) a organisé son congrès constitutif, les 16 et 17 octobre 2021.

On sait combien l'aide de la Russie est appréciée d'un président centrafricain qui ne s'en cache pas et le rappelle à l'envi, tout en prétendant ignorer l'existence des mercenaires de la société de

Le choix de Denis Kadima, un proche du président de la République démocratique du Congo (RDC), Félix Tshisekedi, pour diriger la stratégique commission électorale malgré le veto de l'épiscopat, pla

Alors qu'elle tente de tourner la page d'une décennie de chaos, une "conférence de soutien à la stabilité de la Libye" est organisée, jeudi, 21 octobre, à Tripoli, en présence de représentants de n