Aller au contenu principal

CENTRAFRIQUE : "Chasse gardée" et/ou vitrine de Poutine ?

Image
Partager
Categorie
sam 18/09/2021 - 08:45
Body

 

Sylvain Itté, "ambassadeur français, envoyé spécial pour la diplomatie publique en Afrique", a effectué une visite de 5 jours (entre le 7 et le 12 septembre 2021) en Centrafrique (notre photo).  Cette visite ne s'est pas conclue par une déclaration commune. A qui la faute ?

 

Il s'agissait pour l'émissaire français d'une part, de tenter de renouer des liens plus sereins avec la République centrafricaine après une longue absence de la France et la décision de geler son aide budgétaire, de diminuer sa coopération militaire et d'autre part, de mettre fin à des campagnes de dénigrement systématiques menées contre la France par des agences de presse et réseaux sociaux affiliés à Moscou.

Mission a priori vouée à l'échec dans le contexte actuel... Après le retrait des soldats français de l'Opération Sangaris, la France a laissé le champ libre à la Russie et à la Chine. La Russie en a profité pour s'installer au coeur du pouvoir centrafricain. Le nombre des soldats russes et de mercenaires de la société de sécurité, Wagner, sur le sol centrafricain n'a cessé d'augmenter, la Chine, de son côté, se satisfaisant de négocier d'avantageux contrats miniers.

Même si Bangui souhaite ardemment obtenir le rétablissement de l'aide financière de la France pour régler les traitements d'un certain nombre de ses fonctionnaires et offrir l'image d'une politique étrangère moins inféodée à Moscou, un retour de la France en Centrafrique est peu probable, du moins, dans l'immédiat.

La Centrafrique est devenue pour la Russie un laboratoire et pour les mercenaires de la société de sécurité, Wagner, un terrain d'exercice et une vitrine. Moscou qui veut revenir sur la scène politique africaine a trouvé en Centrafrique une porte d'entrée idéale largement ouverte.

Sylvain Itté ici à Radio Ndeke Luka à Bangui.Sylvain Itté reçu par les confrères de la Radio Ndeke Luka à Bangui : A cause de la mentalité coloniale des gouvernants français, la République centrafricaine s'est jetée dans les bras de l'ogre russe. Itté était donc en terrain miné.

  Aujourd'hui, la Centrafrique, demain, le Mali  ? Certainement ! La société Wagner aurait pris des contacts avec des hauts responsables maliens. Dans un premier temps, on parlerait d'un millier de mercenaires, qui viendraient former les militaires maliens et les aider à mieux contrecarrer l'influence des djihadistes, de plus en plus, menaçants.

La Russie est entrée en compétition avec la France en Centrafrique et sur le continent africain. Il n'est pas du tout certain qu'elle en ait les moyens sur le long terme. L' impopularité grandissante des mercenaires de la société, Wagner, et l'enlisement de la Russie dans le conflit centrafricain sont susceptibles de la faire échouer dans son projet.

Patrick David 

Docteur en droit  

 

Partager

Politique

Des hommes armés ont emmené le chef du gouvernement, Abdallah Hamdok, et la plupart des ministres "vers une destination inconnue" tôt, lundi, 25 octobre, matin.

Le Parti des peuples africains-Côte d’Ivoire (PPA-CI) a organisé son congrès constitutif, les 16 et 17 octobre 2021.

On sait combien l'aide de la Russie est appréciée d'un président centrafricain qui ne s'en cache pas et le rappelle à l'envi, tout en prétendant ignorer l'existence des mercenaires de la société de

Le choix de Denis Kadima, un proche du président de la République démocratique du Congo (RDC), Félix Tshisekedi, pour diriger la stratégique commission électorale malgré le veto de l'épiscopat, pla