Aller au contenu principal

CENTRAFRIQUE : Confirmation de la mainmise de la Russie sur le pays

Image
Partager
Categorie
ven 03/12/2021 - 13:11
Body

Une étape a été  à nouveau franchie dans la " russification " de la Centrafrique. Il est envisagé de rendre obligatoire la langue russe à l'Université dès la première année à la rentrée 2022. Cela obéit à une stratégie de contrôle d'une partie de la jeunesse centrafricaine.

La Russie avance ses pions, lentement, mais sûrement, sans céder d'un pouce sur le question des mercenaires. Le retrait des mercenaires de la société de sécurité Wagner n'est pas à l'ordre du jour. Contrairement aux vocifération du patron du Quai d'Orsay que personne n'écoute en Russie.

Les mercenaires russes prendraient de plus en plus d'importance auprès des Forces armées centrafricaines (FACA) en ce qui concerne leur instruction et de leur encadrement.

Le président centrafricain Touadera renforce les liens de son pays avec Moscou et ne manque aucune occasion de s'en féliciter.  Il a choisi son camp ou n'est peut-être  plus libre de ses choix. C'est l'un ou l'autre bien qu'en penche, volontiers, pour la première hypothèse.

Ce pays de 4 millions d'habitants affaibli par huit années de conflit ne survit que grâce à l'aide internationale.

En se plaçant sous la protection du géant russe, la Centrafrique qui a fêté le 61e anniversaire de son indépendance, le 1er décembre, a manifestement perdu son indépendance.

La Russie a jeté son dévolu sur la Centrafrique et en fait sa vitrine. Quelle est la prochaine étape de cette entrée en fanfare de la Russie sur le continent  africain ? Faire de la Centrafrique un satellite de la Russie et s'introduire au Mali....

Patrick David 

Docteur en droit  

 

Partager

Politique

Le président Kaboré a été arrêté en fin de matinée du 24 janvier par les militaires et se trouve dans une caserne.

Le président du Burkina Faso, Roch Kaboré, est détenu par des soldats mutins dans un camp militaire.

La communication avec Eric Zemmour a toujours été compliquée.

Le Mali revendique encore une fois, l’abandon de la France dans le pays.