Aller au contenu principal

CENTRAFRIQUE : Un Ramadan dans un climat de tension

Image
Partager
Categorie
sam 24/04/2021 - 13:23
Body

Le Ramadan en ces mois d'avril et mai 2001 en Centrafrique est placé sous le double signe de la menace sécuritaire et de la contrainte sanitaire.

La communauté musulmane représente environ 10% de la population centrafricaine.   Les musulmans sont, pour la plupart d'entre eux, des commerçants. La flambée des prix des denrées alimentaires suscite jalousies et convoitises. La tentation est grande de faire des commerçants musulmans des boucs-émissaires. Les Peuls-Mboro sont éleveurs de bovins et pratiquent une transhumance qui donne lieu à de nombreux conflits entre éleveurs et agriculteurs.

Jusqu'en 2013, la Centrafrique comptait un peu plus de 370 mosquées. Depuis les affrontements qui en 2013 ont opposé les groupes armés anti-balakas (chrétiens) et Sélékas (musulmans), une centaine d'entre elles ont été détruites. Nombre d'églises ont subi le même sort.

Huit années de violences aveugles perpétrées tant par des milices chrétiennes que par des milices musulmanes ont créé un climat de défiance entre les chrétiens et les musulmans, qui n'existait pas auparavant.

Les autorités religieuses chrétiennes et musulmanes réunies au sein de la  PCPR (Plateforme des confessions religieuses de Centrafrique) multiplient les appels à la paix et affichent une unanimité qui mérite d'être saluée. Néanmoins, on n'est jamais à l'abri d'actes violents de la part de groupes armés ou d'individus isolés.

Au plan sanitaire, même si les chiffres concernant le coronavirus restent modestes, la consigne est d'éviter les rassemblements de plus de 15 personnes, ce qui limite les réunions de prières et les repas du soir en cette période de Ramadan. C'est une source de frustrations.

Ce Ramadan 2021 est un défi sanitaire et sécuritaire comme l'a été, cette année, Pâques, pour les chrétiens de Centrafrique.

Il est important de souligner que les fêtes de Pâques se sont déroulées sans incident majeur.

Il faut espérer qu'il en sera de même pour le Ramadan. 

Patrick David 

Docteur en droit  

 

Partager

Politique

Selon des informations crédibles, Idriss Déby serait décédé, non pas le 20 avril 2021, mais, dans la nuit du 18 au 19 avril et ne serait pas tombé les armes à la main au cours d’un affrontement ave

François Bozizé se terre en brousse au milieu de ses partisans. En prenant la tête de la Coalition des patriotes pour le changement (CPC), a-t-il fait le geste de trop ?

Le remède contre le coronavirus découvert au Bénin et à Madagascar, les Européens ne veulent pas en entendre parler, ils s’en moquent comme de l’an quarante.

Ce numéro 496 qui devait sortir fin mars et qui a été décalé suite à la décision des autorités françaises de lancer un 3e confinement courant avril, sera chez les marchands de journaux à partir de