Aller au contenu principal

GUINEE : Le CNRD annonce une série de rencontres avec les forces vives de la nation

Image
Partager
Categorie
dim 12/09/2021 - 07:25
Body

Le Comité national pour le rassemblement et le développement (CNRD) continue de dérouler son agenda après sa prise du pouvoir, dimanche, 5 septembre 2021. Dans une série de communiqués lus ce samedi, 11 septembre 2021, à la RTG (Radio télévision guinéenne), la télévision d'Etat, par le colonel, Amara Camara, le CNRD annonce une série de rencontres au palais du peuple, «dans le cadre des concertations avec les différents acteurs des forces vives de la nation ». Le moins qu'on puisse dire, c'est que le patron du CNRD ne se donne même pas du temps pour déjeuner, tellement, la tâche est lourde tandis que les dossiers à traiter rapidement sont plutôt volumineux et nombreux. C'est un vrai marathon politique auquel se livre le CNRD avant la formation du prochain gouvernement qui se veut d'union nationale. La Guinée se normalise et le coup d'état est déjà consommé : Alpha Condé (avec son 3e mandat) appartient désormais à l'histoire (malheureuse) de la Guinée. Le chef de l'opposition, Cellou Dalein Diallo, a demandé à la CEDEAO, ce « machin » qui ne sert à rien, et qui avait validé le 3e mandat du « professeur » Condé, malgré les protestations des Guinéens, de ne pas appliquer des sanctions économiques à la Guinée. Le président ivoirien, Alassane Ouattara, lui-même, violeur de la constitution de son pays pour briguer un 3e mandat (comme Alpha Condé) soutient, de son côté, en sous-main, auprès des chefs d'Etat qu'il contrôle au sein de la CEDEAO, l'application des sanctions coercitives contre la Guinée. Ouattara (qui voulait intervenir militairement pour libérer Condé avant de se raviser) est, totalement, désespéré que toutes les forces vives de Guinée sans exception (y compris l'armée) ait félicité le colonel, Mamady Doumbouya, d'avoir libéré le pays de la dictature de celui qui se faisait, pompeusement, appeler « professeur » après n'avoir été qu'un simple chargé de cours à Paris.

Selon ces communiqués, le mardi, 14 septembre, le colonel, Mamadi Doumbouya, président du CNRD, invite les leaders des partis politiques de 10h à 12h, suivis de 5 représentants de chacune des 4 coordinations régionales de 13 h à 15h et des chefs des différentes confessions religieuses de 16h à 18h (sur notre photo, le colonel, Mamady Doumbouya, tient le parapluie derrière Alpha Condé pour que le soleil ne le frappe pas trop).

Le lendemain, mercredi,  15 septembre, les présidents des organisations de la société civile, sont attendus pour une rencontre, qui se tiendra de 10h à 12h. Elle sera suivie de celle des représentations des missions diplomatiques de 13h à 15h. Cette deuxième journée sera clôturée avec les représentations des associations des Guinéens de l’étranger, qui seront reçues de 16h à 18h.

Les patrons des sociétés minières ne sont pas en reste. Un communiqué  informe que le président du CNRD va rencontrer les patrons des différentes sociétés minières implantées en Guinée, le jeudi, 16 septembre, de 10 à 12h. Quant aux présidents des différentes organisations patronales, ils seront rencontrés par le président du CNRD de 13h à 15h.

Le vendredi, 17 septembre, les directeurs des banques primaires et des structures de micro-finance seront invités de 10 heures à 12h tandis que les représentants des différentes centrales syndicales le seront de 13h à 15h.

Cellou Dalein Diallo.Le chef de l'opposition Cellou Dalein Diallo soutient le CNRD et demande à la CEDEAO (ce syndicat de chefs d'Etat qui se discrédite de plus en plus) de ne pas appliquer les sanctions économiques contre le peuple de Guinée.

Par ailleurs, le communiqué numéro 16, informe «qu’il est mis à disposition, le numéro 100, pour tout signalement d’abus des forces de défense et de sécurité », précisant que «ce numéro est valable pour tous les opérateurs de téléphonie en Guinée». Et qu’il s’agit là de «l’application du contenu du communiqué numéro 10, en date du 7 septembre, relative à la mise à disposition d’un numéro vert ».

En outre, dans les annonces faites ce samedi, 11 septembre, soir, le CNRD réitère l’interdiction des mouvements de soutien d'où qu'ils viennent : «Le président interdit toutes manifestations de soutien de quelle que nature que ce soit », informe un autre communiqué du CNRD.

 

Partager

Politique

Khartoum a déjoué, mardi, 21 septembre, une tentative de coup d'état attribuée à des anciens responsables du régime d'Omar el-Béchir, chassé du pouvoir, il y a deux ans, par une révolte populaire.

Le déplacement au Sahel de la ministre française des Armées, Florence Parly, entamé au Niger (le nouveau bon élève de la doctrine militaire française en Afrique), vise notamment à exposer aux pays

Quand on lit  ‘L’homme révolté’, on s’aperçoit tout de suite que, pour Albert Camus, la révolte est toujours motivée par le sentiment d’une injustice, faite non seulement à soi-même, mais à tout ho