Aller au contenu principal

SOMMET DE LA CEDEAO SUR LE MALI : Le Sommet de la discorde

Image
Partager
Categorie
mar 11/01/2022 - 21:00
Body

Le communiqué N° 001/CNRD/2022 lu par le lieutenant colonel, Aminata Diallo, porte-parole de la junte au pouvoir à Conakry apporte un certain nombre d'éléments d'analyse.
Le Comité national de rassemblement pour le développement (CNRD) rappelle que le communiqué de la conférence de la CEDEAO en date du 8 septembre 2021 avait consacré la suspension de la République de la Guinée de toutes les instances des institutions sous-régionales. Le CNRD tient à informer l'opinion nationale et internationale que la République de Guinée n'a en conséquence en aucune façon été associée à la décision du 4e Sommet extraordinaire des chefs d'Etat de la CEDEAO en date du 9 janvier 2022 relative aux sanctions prises contre la République sœur du Mali. En conséquence, le CNRD réaffirme que les frontières terrestres, aériennes et maritimes de la République de Guinée restent toujours ouvertes à tous les pays frères conformément à sa vision. Signé le CNRD (communiqué lu par le lieutenant-colonel Aminata Diallo).

Les sanctions prises contre le Mali par la CEDEAO étant d'une sévérité extrême, voici quelques mesures de réciprocité du Mali contre les sanctions de cette organisation sous-régionale :
*1-* Le gouvernement malien rappelle tous ses ambassadeurs dans les pays de la CEDEAO et suspend tout dialogue avec les institutions régionales.
*2-* Le gouvernement malien ferme ses frontières aériennes et terrestres avec lesdits pays (en dehors de la Guinée, ndlr)
*3-* Le Mali se réserve le droit de se retirer de la CEDEAO dans les jours à venir
*4-* Le Mali dénonce un braquage de la CEDEAO et de l'UEMOA avec le gel de ses avoirs
*5-* Le Mali dénonce les chefs d'Etat de la CEDEAO qui, selon lui, sont "instrumentalisés par des puissances étrangères" (notamment la France, ndlr)
*6-* Concernant l'arrivée d'une force d'attente de la CEDEAO, le Mali la considèrera comme une agression et se défendra. Le Mali appelle ses forces armées et de sécurité, les Maliens de l'intérieur et de la diaspora, notamment, les jeunes, à commencer par se mobiliser pour défendre leur patrie
*7-* Le gouvernement malien rassure qu'il a déjà pris toutes les dispositions pratiques pour assurer l'approvisionnement régulier du pays
*8-* Le gouvernement malien appelle le peuple malien à la solidarité et à la vigilance pour dénoncer tous les traîtres
*9-* Le gouvernement malien invite ses partenaires étrangers fidèles à rester à ses côtés pour défendre sa souveraineté et libérer le Mali
*10-* Le président de la transition, Assimi Goita, prendra la parole ce lundi, 10 janvier, pour s'adresser aux Maliens.

Les chefs d'EtatPlusieurs chefs d'Etat étaient absents à Accra.

Il faut préciser que ces sanctions ont été prises en l'absence des chefs d'Etat du Nigeria, Muhammadu Buhari, et du Togo, Faure Gnassingbé.

*Extrait du communiqué du gouvernement malien lu le 9 janvier, nuit, sur ORTM1.*

Partager

Politique

Le président Kaboré a été arrêté en fin de matinée du 24 janvier par les militaires et se trouve dans une caserne.

Le président du Burkina Faso, Roch Kaboré, est détenu par des soldats mutins dans un camp militaire.

La communication avec Eric Zemmour a toujours été compliquée.

Le Mali revendique encore une fois, l’abandon de la France dans le pays.