BURKINA FASO : Christophe Joseph Marie Dabiré sera-t-il l'homme providentiel qui conduira Roch Marc Christian Kaboré à un deuxième mandat ?

Le président burkinabè, Roch Marc Christian Kaboré, a nommé, lundi, 21 janvier, un nouveau premier ministre en la personne de Christophe Joseph Marie Dabiré, après la démission du gouvernement, il y a trois jours, au moment où la principale préoccupation du président reste sa réélection fin 2020 pour un deuxième mandat, à la tête de l'Etat. Ancien ministre de Blaise Compaoré, Christophe Dabiré est un homme très posé, très calme, très réfléchi, très pondéré. Sera-t-il l'homme qu'il fallait à cette place ? On l'espère, vivement, pour Roch Marc Christian Kaboré à un moment où il entre dans une dernière ligne droite avant campagne. Homme très expérimenté, rompu à l'école de la performance, Christophe Dabiré connaît (et accepte) sa mission : aider son mentor à gagner la prochaine présidentielle.

Des acteurs de la société et des partis d'opposition demandaient, depuis plusieurs mois, la démission de plusieurs membres du gouvernement, particulièrement, des ministres chargés de la Sécurité et de la Défense nationale, alors que les forces de sécurité burkinabè se montrent incapables de faire cesser les attaques des groupes djihadistes, de plus en plus, fréquentes et meurtrières depuis près de quatre ans.

"M. Christophe Joseph Marie Dabiré est nommé premier ministre", a déclaré à la télévision d'Etat le secrétaire général du gouvernement, Stéphane Sanou, en lisant un décret présidentiel.

Jusqu'ici commissaire représentant du Burkina Faso à l'UEMOA (Union économique et monétaire ouest-africaine), Christophe Dabiré a été ministre sous le régime de l'ex-président Blaise Compaoré, avec Roch Marc Christian Kaboré comme premier ministre (1994 à 1996).

Il avait dirigé le département de la Santé (1992-1997) puis celui de l'Enseignement secondaire et supérieur et de la recherche scientifique (1997-2000).

Il a, également, été député à l'Assemblée nationale, de 1997 à 2007, sous la bannière de l'ancien parti au pouvoir, le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP).

Selon un communiqué de la présidence, "c'est un économiste chevronné et un politique averti qui prend les rênes du gouvernement, à un moment où le dialogue social, la relance économique et les défis sécuritaires s'imposent comme challenges".

Christophe Joseph Marie Dabiré a le profil de l'emploi. Contrairement à son prédécesseur, c'est un homme à la fois d'ouverture et d'avenir pétri d'expérience et en phase avec le sérail qu'il connaît du bout des doigts. Aucun dignitaire burkinabé ne lui est étranger. Dans la classe politique, économique et sociale, il sait qui est qui et peut faire quoi et comment. Il compte beaucoup d'amis dans l'ancien régime et très peu d'ennemis dans la classe politique. Il va agir en fonction des intérêts du pays et de celui qui l'a porté à la tête du gouvernement de qui il a pour mission d'assurer la réélection fin 2020. Mission totalement à sa portée !

De l'avis de nombreux observateurs, Roch Marc Christian Kaboré a vu juste en portant son choix sur Christophe Joseph Marie Dabiré.

Les plus populaires