CENTRAFRIQUE : Bras de fer et parties de poker menteur

Bras de fer et parties de poker menteur, folles rumeurs et comportements irresponsables, plongent la population centrafricaine, dans le désarroi,  à quelques jours du 1er tour des élections présidentielle et législatives.

D'un côté, le gouvernement centrafricain accuse l'ex-président, Francois Bozizé de vouloir renverser Faustin Archange Touadéra et indique avoir dû faire appel à des soldats russes. En multipliant ses contacts, François Bozizé nourrit la  rumeur d'un complot.

 

De l'autre, trois groupes armés et non des moindres,  à l'origine de récents affrontements avec les FACA (Forces armées centrafricaines) dans le Nord-Ouest du pays ont annoncé leur fusion, appelé les autres groupes armés à les rejoindre et menacé de fondre vers la capitale. La MINUSCA déclare être parvenue à contenir ces milices après des combats d'une rare violence.

 

Des discours de haine sont tenus  par les partisans de certaines personnalités politiques.

 

Les fauteurs de troubles - des politiques soutenus probablement pour certains d'entre eux par des puissances étrangères, des milices -  espèrent tirer avantage d'une situation proche du chaos.

 

Tirer les marrons d'un feu qu'on a soi-même allumé, il arrive qu'à ce jeu, on finisse, parfois, par se brûler.

 

Va-t-on devoir reporter les élections dont le premier tour est prévu pour le 27 décembre ? C'est la question que tout le monde se pose (sur notre photo le candidat Jean Serge Bokassa qui a retiré sa candidature de la présidentielle et celles des candidats de son parti pour les législatives à cause du fait qu'il leur est impossible de faire campagne à cause des violences).

 

Patrick David 

Docteur en droit

 

Les plus populaires