CONGO-BRAZZAVILLE : André Okombi Salissa reprend le combat politique

Cette nouvelle fera beaucoup plaisir à l'opposition congolaise : le retour d'André Okombi Salissa (AOS), au premier plan, dans le combat politique que l'opposition mène contre le pouvoir PCT de Denis Sassou Nguesso. C'est à juste titre qu'on peut s'inquiéter de ce qui pourrait lui arriver. Sa vie, en effet, ne tient qu'à un fil. Car si jamais le dictateur l'arrêtait, il y aurait de sérieuses raisons d'avoir peur. Mais AOS n'en a cure. Homme de défi, celui que certains appellent « l'enfant terrible de la politique congolaise » a, définitivement, choisi son camp. Celui de l'engagement et de la responsabilité.

Alors qu'il détient tous les leviers du pouvoir, le dictateur a peur de tout, même de sa propre silhouette. Il a peur du pasteur Ntumi qui s'est réfugié dans sa forêt du Pool pour préserver sa vie menacée à Brazzaville. Il a peur de Jean Marie Michel Mokoko et de Paulin Makaya, qu'il a emprisonnés, sans motif valable, alors qu'ils ne font que de la politique. Il a, surtout, peur d'AOS, qui a dû se cacher, quelque part, sur le territoire national, d'où il a été joint au téléphone par nos journalistes. Comment peut-il être effrayé alors qu'il est le seul commandant de sa dictature ?

Dans le numéro 447 d'Afrique Education, AOS, bien qu'en danger de mort, sort de sa réserve. « Le Congo-Brazzaville est en crise », déclare-t-il dans son interview exclusive que votre magazine préféré a recueillie dans des conditions, extrêmement, difficiles. Mais, une interview qui fait mouche car le magazine n'est pas encore en kiosque que tout le monde en parle déjà. Depuis Cuba où il est parti enterrer le lider maximo, le dictateur demande à la lire le plus vite possible.

Le numéro 447 qui est, déjà, en vente sur la boutique du magazine (www.afriqueeducation.com, puis, cliquer sur « Parutions en kiosque »), sera en vente chez les marchands de journaux, tout le mois de décembre, à partir de mercredi, 7 décembre. Réservez dès ce lundi, 5 décembre, votre numéro chez votre marchand de journaux, surtout, au Congo-Brazzaville.

Les plus populaires