CONGO-BRAZZAVILLE : Décès de Cécile Bouanga la regrettée maman du président de l'UPC Paulin Makaya

Le président de l'UPC (Unis pour le Congo), Paulin Makaya, alias « Monsieur Propre », a perdu sa mère de suite de maladie, mardi, 7 avril, dans la ville de Pointe-Noire. Décédée à l'âge de 75 ans, autrement dit, encore, relativement, jeune, Maman Cécile Bouanga était la conseillère N° 1 de Paulin Makaya, qui aspire à succéder au dictateur 5 étoiles, Denis Sassou-Nguesso.

Après le décès de son papa, il y a 32 ans, alors que ce dernier n'était âgé que de 53 ans, Paulin Makaya ne reposait que sur sa mère. Fils spirituel de Bernard Kolelas dont il fut l'inamovible directeur de Cabinet aussi bien à la Mairie de Brazzaville, qu'en exil qui les conduisit (Bernard Kolelas et lui ainsi que quelques autres collaborateurs comme Hellot Mampouya), successivement, à Kinshasa, à Cotonou, à Lomé, à Accra, à Abidjan, puis, à Bamako, avant que Paulin ne prenne la décision de s'exiler à Londres, il est le seul et unique collaborateur à véritablement, porter les valeurs d'intégrité et de respect de la parole donnée du fondateur du MCDDI. Autrement dit, Kolelas, peut-on dire, avait remplacé le père biologique de Paulin décédé plus tôt.

Restée en vie, Maman Cécile, elle, a joué tout son rôle de mère et de conseillère de son fils bien aimé. C'est elle qui lui a appris la foi, la patience, la droiture, la persévérance, toutes valeurs sans lesquelles Paulin Makaya ne se serait pas distingué des autres hommes politiques d'aujourd'hui. Il faut dire qu'il est un peu à part au point où le président Sassou s'interrogeait dernièrement à son sujet avec un brin d'inquiétude : « Hé Bè, dites-moi, il (Paulin Makaya) n'aime pas l'argent (il a rejeté toutes les propositions du dictateur), il repousse toutes les femmes qu'on lui propose (alors que son épouse vit loin de lui à Londres où Sassou lui a interdit d'aller), il a même refusé d'entrer au gouvernement... Mais, enfin, dites-moi, il veut quoi » ?

Tout rusé qu'il soit, le dictateur sait bien que, ce qui intéresse Paulin Makaya, c'est le pouvoir qu'il détient à Mpila, et non un petit poste de ministre, ni quelques mallettes de billets, et encore moins, une femme même s'il s'agirait de Miss Congo. Makaya n'en a cure !

C'est, donc, de l'au-delà que Maman Cécile suivra les épopées de son cher fils qui a bravé les geôles du dictateur, ce qui n'est pas la moindre des performances. Il ne nous reste plus qu'à lui souhaiter un Bon Départ vers l'éternité et qu'elle y soit bien accueillie, d'où elle pourra veiller sur Paulin qui aspire, un jour, à bien diriger le Congo-Brazzaville, en digne héritier politique de Kolelas.

Les plus populaires