CONGO-BRAZZAVILLE : « L'éradication du virus du tribalisme (est un) facteur de paix », note le grand égyptologue Théophile Obenga

Le professeur, Théophile Obenga, est un savant. Disciple de Cheikh Anta Diop, ses enseignements sont une mine d'or au point qu'on avait cherché à l'avoir comme chroniqueur à Afrique Education. Il reste une grande source de connaissances. Une véritable bibliothèque ambulante. Sur RFI, le 15 août 2020, à l'occasion du 60 ème anniversaire de l'indépendance du Congo, il a distillé quelques vérités utiles au réveil du grand peuple de ce pays.
P.T.

"Tant que le virus tribal n'est pas encore évacué, la paix c'est un truc factice".
Exacte, cette assertion du ministre.

Cependant, conseiller du président, Sassou-Nguesso, et directeur du projet Université de Kintele, depuis quelque temps, le ministre, Theophile Obenga, ne peut se complaire dans ce constat, tel un simple observateur de la vie politique congolaise (sur notre photo le professeur est décoré par le président de la République le 28 novembre 2018 à l'occasion du 60e anniversaire de la proclamation de la République).

Pour l'intérêt national, aimerions savoir, si le ministre, de par ses fonctions, auprès du président Sassou-Nguesso, il œuvre à accélérer la désagrégation de ce virus, pour que la paix, chère aux Congolais, s'installe durablement dans le pays ?

Par sa formation, sa culture, la modernité de son esprit et sa conviction pour les idées humanistes, le ministre, Théophile Obenga, est en obligation morale et politique de créer, dans la sphère du régime du président, Sassou-Nguesso, l'effet d'entraînement nécessaire du serment contre le tribalisme.

Ce serment doit y prendre corps et devenir un engagement partagé.

Le scrutin présidentiel de mars 2021 approchant, dans un contexte où les opinions de l'opposition républicaine et celles de la majorité au pouvoir en place, à Brazzaville, s'affrontent, sur la question majeure de la gouvernance électorale, l'apaisement ostensiblement vécu, sur l'ensemble du territoire national, est une des conditions sine qua non pour que les élections se déroulent, "dans la paix des cœurs et la tranquillité des esprits", comme dirait le président Sassou-Nguesso.

L' action du ministre, Théophile Obenga, en faveur de l'éradication du tribalisme pour que s'établisse la paix est d'autant plus souhaitée qu'en Afrique, ici, dans le cas du Congo-Brazzaville, les élections sont source de conflit, donc, non porteuses de paix.

Joseph Ouabari Mariotti
Exilé en France
Ancien ministre de la Justice Garde des Sceaux (Présidence du professeur Pascal Lissouba)
Membre de l'UPADS

Les plus populaires