CONGO-BRAZZAVILLE : Le dictateur aurait-il un plan pour désarmer le Pool ?

"On va racheter leurs armes pour qu’avec cet argent ils puissent organiser une petite vie. On ne leur prendra pas gratuitement leurs armes. L’Etat pourra les racheter. Il faut qu’ils sortent avec leurs armes, même les armes de chasse", a insisté le chef de l’Etat congolais, qualifiant les insurgés de "jeunes égarés armés".

"La plupart d’entre eux sont des pauvres jeunes gens enrôlés dans les sectes. On ne tuera personne parce que la Constitution de notre pays interdit la peine de mort", a-t-il poursuivi.

A ses interlocuteurs qu’il rencontrait pour la première fois, M. Sassou Nguesso a affirmé que les couloirs humanitaires seront créés "sans délai", sans toutefois préciser les modalités.

Le Pool a replongé dans les violences juste après la présidentielle de mars 2016 remportée par le président Sassou Nguesso, une victoire très contestée par l’opposition.

Les plus populaires