CONGO-BRAZZAVILLE : Le professeur Abdoulaye Bathily arrive vendredi à Brazzaville

Le PNUD (Programme des Nations-Unies pour le développement) a servi de cadre à l'amorce d'un dialogue qui pourrait se tenir, demain, vendredi, 23 octobre, à Brazzaville entre l'opposition et le pouvoir. A la demande de Ban Ki-moon, secrétaire général des Nations-Unies, son représentant spécial en Afrique centrale, le professeur sénégalais, Abdoulaye Bathily, arrivera, vendredi, 23 octobre, à Brazzaville, pour mettre les deux parties autour de la table de négociation.

Déjà ce jeudi soir, autour du représentant du PNUD et des ambassadeurs des Etats-Unis, de l'Union européenne, de la Grande Bretagne, de l'Allemagne, de la France et de l'Italie, les leaders de l'opposition, à savoir, Claudine Munari, Paul Marie Mpouele, Pascal Tsaty Mabiala et Blanchard Oba, ont débroussaillé le terrain des négociations qui pourraient avoir lieu, vendredi, 23 octobre. La même démarche a été entreprise avec les représentants du pouvoir.

Le PNUD et les ambassadeurs ont proposé que les deux camps se retrouvent pour débattre des sujets consensuels, à l'exclusion de tout ce qui les divise. Mais quelque temps après, le préfet de Brazzaville prenait un arrêté pour interdire toute manifestation et tout meeting à partir de ce jeudi soir jusqu'à nouvel ordre.

A noter que l'opposition signale « une trentaine de morts » depuis la manifestation de Pointe-Noire, le 17 octobre dernier. Des morts qui sont susceptibles de CPI, note-t-on du coté de la FIDH. L'opposition aurait les noms des tireurs et de leur donneur d'ordre, Denis Sassou Nguesso.

Le dossier Congo est pris très au sérieux par les Nations-Unies, qui veulent à tout prix éviter la naissance d'un nouveau foyer de conflit dans la sous-région.

Les plus populaires