CONGO-BRAZZAVILLE : Le sentiment (partagé) d'un Congolais en colère contre François Hollande

En novembre 2014, peu avant le sommet de l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF), à Dakar, François Hollande, dans une interview télévisée, avait clairement mis en garde les chefs d'Etat africains qui voulaient "changer les règles du jeu pour briguer un troisième mandat". 
 
Il était même allé plus loin, dans une allusion claire au vieux dictateur sanguinaire et corrompu congolais, Denis Sassou-Nguesso, en évoquant la règle de la limite d'âge (l'âge limite étant fixé à 70 ans dans l'actuelle constitution du Congo). 
 
D'après nos informations, François Hollande a envoyé  plusieurs messages à Denis Sassou Nguesso via plusieurs émissaires, mais, droit dans ses bottes, ce dernier ne veut rien entendre et maintient sa décision d'organiser son pseudo-référendum pour se maintenir au pouvoir en 2016.
 
Aujourd'hui, et alors que Denis Sassou Nguesso est en train de massacrer son peuple dans un huis clos total, c'est ce même François Hollande qui vient de lui donner son feu vert pour qu'il organise son pseudo-référendum dont le résultat est connu d'avance.
 
Nous constatons, donc, avec beaucoup beaucoup d'amertume, que François Hollande vient tout simplement de céder face à un plus fort que lui, le vieux dictateur congolais. Avec pour conséquence l'affaiblissement général de la parole et de l'influence de la France.
 
Et oui, c'est triste à dire, mais, hélas, force est de reconnaître qu'une telle mollesse de la part du président de la France face à un vieux dictateur sanguinaire et corrompu fera des ravages sur l'image et l'influence de la France.   
 
Aujourd'hui, François Hollande et ses conseillers doivent savoir qu'en donnant leur quitus à ce vieux dictateur sanguinaire et corrompu de massacrer son peuple et organiser son pseudo-référendum et se maintenir au pouvoir en 2016, c'est avant tout la France qu'ils viennent de rabaisser et non le peuple congolais.
 
En s'inclinant, lâchement, face à Denis Sassou Nguesso, François Hollande a affaibli la parole et le poids de la France. En effet, quelle envergure et quel poids peut encore avoir la France dans ces conditions ?
 
Oui, je le dis ici, en faisant plier François Hollande, aujourd'hui, c'est bien la France que Denis Sassou Nguesso a vaincue et humiliée. C'est devant François Hollande que demain Denis Sassou Nguesso va bomber le torse et non devant le vaillant peuple congolais.
 
Bienvenu MABILEMONO

Les plus populaires