CONGO-BRAZZAVILLE : Les femmes proches du dictateur demandent la fin de la guerre dans le Pool

Un regroupement des femmes proches du président, Denis Sassou Nguesso, a appelé les autorités congolaises, lundi, 28 août, à "tout mettre en œuvre" pour rétablir la paix dans la région du Pool (Sud) avant la rentrée scolaire prévue en octobre. Les élections législatives qui viennent de se tenir, n'ont pas eu lieu dans une grande partie de ce département à cause de la guerre qui s'y déroule.

"Nous sommes fatiguées et demandons que les autorités créent les conditions d’un retour définitif à la paix", exige la chanteuse, Michaëlle Moutouari, présidente de l'Association des jeunes-mères du Congo (AJMC), initiatrice d'un meeting de deux heures devant environ 2.000 personnes dans la capitale, Brazzaville. Et cette maman d'ajouter : "Le souhait est que les populations rentrent chez elles avant la rentrée des classes pour que leurs enfants reprennent le chemin de l’école".

Dans le Pool, "il y a trop de barricades, trop de policiers, il y a des délits commis en bandes et des arrestations arbitraires. Il y a des gens qui sont arrêtés et pour les libérer, il faut payer beaucoup d’argent. Alors que ce sont des familles démunies", a déploré Michaëlle Moutouari (sur notre photo, le président Sassou reçoit en novembre 2016 les notabilités du Pool venues lui proposer des solutions pour mettre fin à la guerre).
En mère de famille qui se veut équitable, la chanteuse a, aussi, exhorté le pasteur Ntumi à "entendre raison et à revenir à un bon sentiment. Ca ne sert à rien d’attiser la haine", lui a-t-elle conseillé.

Selon le gouvernement et l'ONU, au moins, 138.000 personnes - soit plus de la moitié de la population de cette région - sont en détresse dans le Pool, et font face à des besoins humanitaires criants dans les domaines de la santé, la nutrition, la sécurité alimentaire, l'hygiène et l'assainissement.

Avec AFP

Les plus populaires