CONGO-BRAZZAVILLE : Paulin Makaya échappe à un enlèvement ce matin à Madingou

Paulin Makaya est, actuellement, en lieu sûr. Bien caché quelque part au Congo-Brazzaville. Il a téléphoné, à notre rédaction, à 18h25 heure de Paris (17h25 GMT) pour nous donner de ses nouvelles. Il est en bonne santé et précise que les loubards de la gendarmerie et de la police militaire, qui se sont pointés, ce matin, chez lui, vers 10h30 (9h30 GMT), ne se sont pas contentés d'emporter le matériel informatique, pour on ne sait quelle utilisation. Ils ont, également, vidé le congélateur et le contenu du garde à manger de la résidence.

Rappel de faits : Ce vendredi matin, vers 10 heures 30, heure de Brazzaville (9 heures 30 GMT), une quinzaine de véhicules à bord desquels avaient pris place, 150 commandos, environ, appartenant à la gendarmerie et à la police militaire, ont fait irruption à Madingou, en bouclant toutes les entrées et sorties des axes conduisant à la résidence de Paulin Makaya. Par la suite, ils ont pénétré, de force, à l'intérieur de sa résidence et ont pu récupérer tout le matériel informatique trouvé sur place. Ils ont vidé le congélateur et le garde à manger et n'ont rien laissé après leur passage. Paulin Makaya, qui n'était pas présent pendant cette opération, avait pu quitter son domicile, quelques minutes avant que celui-ci ne soit investi.

Pendant qu'ils fouillaient de fond en comble la maison, ces militaires proféraient des menaces du genre : « Makaya est un extrémiste, il va voir », « Makaya ne veut pas coopérer comme les autres ». "Makaya est qui même ?".

Considéré comme un empêcheur de tourner en rond, Paulin Makaya, proche collaborateur de Bernard Kolelas avec qui il avait fait l'exil en Afrique de l'Ouest (Bénin, Togo, Ghana, Côte d'Ivoire et Mali), avait refusé d'aller à la soupe, quand Sassou, dans la « magnanimité » dont il a le secret, avait tendu la main au fondateur du MCDDI.

Quelques années après la mort de Bernard Kolelas, Sassou avait tout fait pour que Makaya, alors installé à Londres avec un statut de réfugié politique, rejoigne le gouvernement, avec rang de ministre d'Etat. Peine perdue.

Et si Sassou vu le caractère non achetable de Paulin Makaya, voulait tout simplement le réduire à jamais au silence ? Sassou qui est en contact avec certains leaders de l'opposition (à qui il promet des postes dans un prochain gouvernement dont celui de nouveau premier ministre que permet sa nouvelle constitution) veut s'assurer qu'une fois lancé, le plan qu'il compte dérouler ne rencontrera pas d'écueil. Makaya, visiblement, n'est pas d'accord. Un véritable empêcheur de tourner en rond.

Paulin Makaya annonce que le moment venu, il va, lui-même, se présenter devant le procureur ou le directeur général de la police, afin qu'on lui dise ce qu'il a fait de mal. S'il a tué quelqu'un, qu'on le lui fasse savoir. Ou si on le poursuit uniquement parce qu'il a une capacité de mobilisation qui inquiète Sassou avec qui il refuse de coopérer ? Makaya annonce qu'il est un démocrate qui combat Sassou avec la parole, les mains en l'air. Il n'a aucune arme et n'a jamais fait du mal à une mouche. A fortiori tuer quelqu'un.

Les plus populaires