CONGO-BRAZZAVILLE : Saccage en règle de Radio TV Forum des droits de l'homme de Me Massengo Tiassé

Le régime de Denis Sassou Nguesso passe à la vitesse supérieure. Celle de la terreur, bientôt, des assassinats. Il a, ainsi, planifié les assassinats de certains leaders politiques et d'opinion, parmi les plus grands gêneurs. Après Paulin Makaya, président de l'UPC-FRD, qui l'a échappé belle, vendredi, 30 octobre, à 10h35 (9h35 GMT), et qui vient d'être convoqué, ce jour, par la police, c'était au tour de Me Maurice Massengo Tiassé de recevoir, cette nuit, des visiteurs du général, Jean-François Ndengué. En effet, vers 2h30 du matin (1h30 GMT), les « supplétifs » de la police (entendez les miliciens que Ndengué a récupérés sur les résidus de Willy Matsanga, homme de triste réputation, pendant la guerre de 1997 et décédé, en France, en 2014) ont fait irruption, sans se faire inviter ni annoncer, à Radio Forum TV des droits de l'homme, propriété de Me Tiassé.

Ils étaient une vingtaine d'éléments, environ, armés jusqu'au cou, et vêtus comme s'ils allaient faire la guerre au Darfour soudanais. Ayant accédé dans l'immeuble en escaladant le poteau extérieur de l'ensemble immobilier, ils ont pu pénétrer à l'intérieur de la station radio tv pour tout saccager. Absolument tout car, selon le maître des lieux, rien, après leur passage, n'est debout. Ils ont tout cassé. Ce qu'ils ne voulaient pas détruire, a été emporté. C'est ainsi qu'ils sont partis avec un grand écran plasma ainsi que les trois ordinateurs de la salle de rédaction, avec leurs disques durs. En faisant le tour des bureaux, ils ont, aussi, récupéré un ordinateur portable appartenant au patron des lieux, posé sur sa table de travail. Remettront-ils ce matériel emporté en dehors de toute procédure légale ? On en doute. C'est ainsi dans le pays de Sassou Nguesso, «le pacificateur de la RCA ».

Dans son souci de tout surveiller et tout réglementer, Denis Sassou Nguesso avait remarqué que le matériel radio et de diffusion transporté, la veille du référendum, par les gros bras de Philippe Mvouo, président du Conseil supérieur de la liberté de presse, n'avait pas imposé un silence radio à la station de radio tv, qui continuait d'émettre et de diffuser ses programmes de droits de l'homme et d'éducation des masses, comme si de rien n'était. Cela l'aurait beaucoup énervé. En saccageant, cette fois, toutes les installations de la radio tv Forum, le but est atteint. Cette station était le seul espoir de liberté dans la ville de Brazzaville.

C'est, donc, en catastrophe que Me Massengo Tiassé a signalé, tôt ce matin, à 7h15 (6h15 GMT) à l'un de vos serviteurs d'Afrique Education, le passage musclé des « supplétifs » de Ndengué, qui n'ont rien, absolument, rien laissé derrière eux. Radio TV Forum des droits de l'homme, on peut le dire avec peine, est par terre ! Elle ne diffusera plus pendant longtemps et mettra du temps à se relever.

Dans un désespoir, facilement, imaginable, Me Maurice Massengo Tiassé, au regard de la gravité de la situation, a appelé, vers 4h30 (3h30), l'ambassadrice des Etats-Unis, Stéphanie S. Sullivan. Inutile de dire qu'il l'a réveillée, à cette heure de la nuit. Mais, sa vie étant en danger, il fallait, au moins, avoir au bout du fil, un témoin, réellement, crédible, pour passer l'information. Car une fois partis, ces « supplétifs » pouvaient revenir pour terminer le boulot.

Deuxième vice-président de la Commission nationale des droits de l'homme, chargé spécialement des droits de l'homme, Me Maurice Massengo Tiassé a eu la vie sauve parce qu'il s'était réfugié quelque part, dans son immeuble. S'il était sorti de sa cachette, les « supplétifs » l'auraient tué ou embarqué vers une destination inconnue. A preuve, tout son personnel trouvé sur place a été neutralisé, pour ne pas dire plus, comme de vulgaires malfrats.

Ainsi s'exerce la démocratie dans le pays de « l'homme de paix », « bâtisseur infatigable » dont les Congolais ne veulent plus, mais, qui cherche, absolument, à mourir au pouvoir. Comme tout bon dictateur.

Les plus populaires