CONGO-KINSHASA : Ban Ki-moon nomme Saïd Djinnit pour faciliter le Dialogue Pouvoir-Opposition

Le secrétaire général des Nations-Unies, Ban Ki-moon, vient de charger Saïd Djinnit, son envoyé spécial dans les Grands Lacs, d’une mission de bons offices auprès des autorités congolaises et des parties prenantes au Dialogue national. Ce Dialogue national est, présentement, au point mort, à cause de la suspicion qui règne entre les deux parties.

Saïd Djinnit devra, au préalable, débroussailler les contours dudit Dialogue pour que chaque partie sache où elle va mettre les pieds. Ban Ki-moon répond, ainsi, à une requête que lui avait adressée le président, Joseph Kabila, qui proposait, pour aller vite, la nomination d'un facilitateur parmi quatre noms qu'il avait suggérés, à savoir, Kofi Annan, ancien secrétaire général des Nations-Unies, José Eduardo dos Santos, président de l'Angola, Moustapha Niasse, président de l'Assemblée nationale du Sénégal, et Saïd Djinnit, envoyé spécial des Nations-Unies dans les Grands Lacs. La présence de l'Algérien, Saïd Djinnit, depuis hier, à Kinshasa, montre qu'il est le choix de Ban Ki-moon.

En espérant que le nouveau facilitateur ne retrouvera pas en face de lui, des parties de mauvaise foi, comme ce fut le cas, en juin dernier, dans la négociation inter-burundaise où il fut récusé par l'opposition, à cause d'une prétendue ingérence dont il aurait fait montre dans la conduite des pourparlers, on note que Djinnit est un négociateur aguerri en qui les deux parties peuvent – a priori - faire confiance.

Le problème central est le respect de la constitution que l'opposition réclame, afin que le président, après avoir effectué ses deux mandats de 5 ans, puisse quitter la scène politique, sans chercher à s'y accrocher. Il y va du respect de la constitution et de la paix dans ce grand pays, qui sort à peine d'une instabilité quasi-chronique.

Les plus populaires