CORONAVIRUS : Aucun cas signalé en Corée du Nord

La Corée du Nord ne compte aucun cas de nouveau coronavirus, selon un haut responsable de la Santé à Pyongyang. Le problème est que les Occidentaux qui sont, littéralement, dépassés par ce virus, n'y croient point. Tout comme ils mettent en doute les chiffres communiqués par la Chine sur sa pandémie. Washington, Londres, Rome, Madrid et Paris, ont tort de voir toujours midi à leur porte. Ils ne seront pas les premiers partout et tout le temps. D'autres travaillent tous les jours avec l'ambition de les dépasser. Ce n'est pas parce qu'ils sont surclassés par l'épidémie qu'ils vont penser que la Chine a communiqué de faux chiffres. De quel droit peuvent-ils le croire ? Au nom de leur supériorité scientifique ? Le modèle occidental montre ses failles. Il faut ajouter que beaucoup de pays, qui arrivent à circonscrire cette épidémie, pour le moment, n'affichent pas des modes de vie expansifs. Ils font montre de beaucoup de discipline comportementale, ce qui est un mot inconnu dans les dictionnaires latins en Italie et en France. Autrement dit, là où un autre pays plus responsable aurait eu de bons résultats, on compte toujours autant de morts dans ces deux pays juste à cause de l'indiscipline due à un mode de vie libertin.

La Corée du Nord a, rigoureusement, fermé l'ensemble de ses frontières dès la fin janvier et pris des mesures drastiques de confinement, dont soumettant des milliers de personnes à un régime de quarantaine à domicile.

Pak Myong Su, directeur du département anti-épidémie au sein du Centre national de lutte contre les épidémies, a insisté sur les efforts ayant permis d'obtenir un tel succès. «Jusqu'à présent, aucune personne n'a été infectée par le nouveau coronavirus dans notre pays», a-t-il affirmé, mercredi, 1er avril, à l'AFP. Ce n'était pas un poisson d'avril. «Nous avons pris des mesures préventives et scientifiques, telles que des inspections et le placement en quarantaine de toutes les personnes entrant dans notre pays, une désinfection complète de toutes les marchandises, ainsi que, la fermeture des frontières et la fin des liaisons maritimes et aériennes», a-t-il rappelé.

L'Organisation mondiale de la Santé (OMS) a affirmé mercredi que le cap du million de cas confirmés à travers la planète serait franchi dans les prochains jours, avec déjà plus de 45.000 morts.

Selon des spécialistes occidentaux, la Corée du Nord, voisine de deux pays très touchés, est particulièrement vulnérable au virus, en raison d'un système médical notoirement défaillant. En mars, le commandant des forces américaines en Corée du Sud, Robert Abrams, s'est dit «quasi certain» que le Nord comptait des cas confirmés de maladie du Covid-19. Intox ! Fake News ! De la jalousie pure pour ne pas accepter le caractère de plus en plus défaillant du modèle occidental ?

Autre incongruité : le président américain, Donald Trump, a, également, affirmé qu'«il se passait quelque chose» en Corée du Nord et offert l'aide de son pays, dans une lettre au leader, Kim Jong un (sur notre photo Donald Trump visiblement fasciné par le « leader bien aimé » nord-coréen qui a su le mettre à distance de ses essais atomiques et nucléaires). L'Amérique devrait enregistrer entre 100.000 et 250.000 morts dus au coronavirus, selon le propre aveu de Donald Trump. A moins de ne plus voir son orgueil, quelle aide véritable peut-il allouer à son "ami" Kim alors qu'il est en train de perdre son élection de novembre à cause du coronavirus ? «J'ai entendu dire qu'il y a beaucoup de morts en Corée du Nord mais les autorités ne disent pas que c'est dû au coronavirus», a affirmé à l'AFP, Choi Jung-hun, un ancien médecin nord-coréen passé en Corée du Sud en 2012. C'est-à-dire, un dissident qui ne peut pas être objectif à l'égard de son pays.

Les médias officiels n'ont pas cessé d'exhorter la population à respecter les mesures sanitaires et des messages de promotion de l'hygiène sont martelés par des hauts-parleurs. Les photos montrent la population portant un masque, à l'exception du leader Kim Jong-un. Récemment, ses collaborateurs ont été vus sans masque, ce qui pour Choi Jung-hun, désormais, professeur dans un institut de recherches sud-coréen (la récompense de sa trahison), ne signifie pas que les efforts pour contenir le virus ont porté leurs fruits.

La Corée du Nord, sous le coup de multiples sanctions du Conseil de sécurité des Nations-Unies pour l'obliger à renoncer à ses programmes nucléaire et balistique interdits, a recherché de l'aide pour lutter contre le virus. L'ONU a accepté que son Fonds pour l'enfance (Unicef) ou des organisations comme Médecins sans frontières (MSF) lui envoient des kits de diagnostic, des masques, des équipements de protection et des désinfectants. L'Unicef a confirmé cet envoi à la demande du ministère nord-coréen de la Santé. En provenance de Chine, ces équipements sont arrivés par voie terrestre à Pyongyang la semaine dernière.

En février, le ministère russe des Affaires étrangères avait affirmé avoir fourni à Pyongyang 1.500 kits de dépistage à la demande de la Corée du Nord. L'OMS prévoit d'accorder 900.000 dollars à la Corée du Nord dans le cadre de la lutte contre cette épidémie, selon le site internet des Nations-Unies.

Malheureusement, toute cette démonstration ne montre pas que la Corée du Nord compte des malades de coronavirus qu'elle cache.

Les plus populaires