CORONAVIRUS : Le dictateur du Congo-Brazzaville surprend par de très bonnes mesures

Denis Sassou N'Guesso, le dictateur 5 étoiles du Congo-Brazzaville, a annoncé, samedi, 28 mars, soir, à Brazzaville, dans un message radiotélévisé d'un peu plus de vingt minutes, une série de nouvelles mesures de lutte contre la pandémie du coronavirus. Il s'agit de mesures coercitives qui privent les populations de leur liberté. Mais, contrairement, à ses pratiques habituelles que dénonce, souvent, Afrique Education, il s'agit, ici, des mesures, qui sauvent. Celles-ci devraient, d'ailleurs, être copiées par d'autres chefs d'Etat africains car elles sont, exactement, ce qu'il faut faire pour enrayer la pandémie.

Afriqueeducation.com n'est pas sectaire et peut reconnaître une bonne action réalisée par le président congolais. Il le félicite, par conséquent, d'avoir pris, avec courage, et rapidité, des mesures coercitives de bon sens, qui s'ajoutent à celles déjà prises, il y a quelque temps, et qui vont, sans doute, aider à préserver les paisibles populations du Congo-Brazzaville du coronavirus. Denis Sassou-Nguesso a dit ceci, samedi, 28 mars, à ses compatriotes :

« Après avoir consulté le président du Sénat, le président de l’Assemblée nationale, le premier ministre, chef du gouvernement, le président de la Cour constitutionnelle, le président de la Cour suprême et des éminents scientifiques :

Je décide, en votre nom à vous tous, pour les trente jours à venir, avec effet à compter du mardi 31 mars 2020, ce qu’il suit :

 - l’instauration, dans notre pays, de l’état d’urgence sanitaire ;
 - le confinement à domicile de l’ensemble de la population, à l’exception de ceux qui travaillent à la fourniture des biens et services indispensables ;
 - l’interdiction de la circulation sur l’ensemble du territoire national, à l’exception des déplacements jugés essentiels ;
 - la fermeture de tous les lieux de vente autres que ceux des aliments et des produits essentiels ;
 - la régulation des ventes sur les marchés domaniaux ;
 - la mise en place d’un couvre-feu, de 20 heures à 5 heures du matin ;
 - la mobilisation générale des forces de défense et de sécurité afin de faire respecter sans faille l’ensemble de ces décisions ;
 - la création d’un Fonds national de solidarité pour le soutien des entreprises, la compensation des pertes de revenus des actifs et l’aide aux personnes vulnérables. Ce fonds doit mobiliser au moins 100 milliards de F CFA courant avril 2020 ».

Le Congo, qui compte 19 cas confirmés du coronavirus a, déjà, entre autres mesures, fermé toutes ses frontières terrestres, fluviales, maritimes et aériennes.

Il appartient, maintenant, au gouvernement du premier ministre, Clément Mouamba, de mettre en œuvre ces mesures qui montrent ce qu'il faut faire aux autres pays de la sous-région, pour lutter, efficacement, contre ce coronavirus.

Les plus populaires