COTE D'IVOIRE : « Le menteur d'Abidjan » (Ouattara) fait incendier la résidence de Pascal Affi N'Guessan à Bongouanou

Ouattara est devenu fou. Complètement fou au point où personne ne lui parle plus. Selon certaines sources, il n'a confiance qu'en trois personnes : sa femme Dominique Ouattara, son petit-frère, Photocopie, et son premier ministre, Hamed Bakayoko. C'est pourquoi il a refusé l'arrivée d'une mission ministérielle de la CEDEAO sur la prévention des conflits, composée des ministres des Affaires étrangères du Ghana, du Togo et du Sénégal, qui devait atterrir cet après-midi à Abidjan. Tout comme il a zigzagué pour que les présidents du Ghana et du Niger, ne viennent pas en Côte d'Ivoire alors qu'ils étaient annoncés il y a deux jours.

A toute personne qui essaie de le raisonner, il répond : « Tout va bien. La situation un peu difficile actuellement va s'arranger. Il n'y a vraiment pas de problème ». Bref, « le menteur d'Abidjan » nie l'évidence alors que la situation est gravissime : il a préféré installer son QG militaire à Bouaké parce qu'il a perdu le contrôle d'Abidjan.

L'Acte II de la désobéissance civile de l'opposition l'inquiète, énormément. Une note circulaire du professeur agrégé de cardiologue et secrétaire exécutif en chef du PDCI, Maurice Kakou Guikahué, ordonne aux délégués départementaux, communaux et généraux, de prendre toutes les dispositions nécessaires pour empêcher :

- la distribution et le retrait des cartes d'électeurs ;
- l'affichage électoral ;
- les meetings de campagne électorale des candidats ;
- le convoyage et la distribution de tout matériel électoral ;
- la paralysie totale des organes chargés du processus électoral.

C'est la feuille de route à l'identique donnée hier par Pascal Affi N'Guessan au nom de l'opposition unie. D'autre part, la force de frappe du patron de GPS, Guillaume Soro, et des amis de Laurent Gbagbo, va devenir rapidement opérationnelle. Même si Charles Blé Goudé est bloqué aux Pays-Bas, le FPI est un parti capable de mobiliser et d'emporter tout sur son passage.

Enfin, la solution devenant totalement bloquée où Ouattara est devenu presque sourd et aveugle, on se demande si l'armée va restée, encore longtemps, confinée dans les casernes alors que le pays commence à brûler. Ne va-t-elle pas intervenir pour ramener le calme dans les esprits et préserver la paix qui est en train de partir en courant ?

Les voyous de Ouattara ont complètement brûlé une partie de la ville de Bongouanou, ce samedi, 17 octobre, dont la résidence du porte-parole de la désobéissance civile et candidat à l'élection présidentielle, Pascal Affi N'Guessan (notre photo). Ils ont également brûlé le restaurant « La Maison Blanche » de la vice-présidente du PDCI, Amah Tehoua, mais aussi, des magasins d'alimentation, des salons de coiffure et plusieurs autres habitations. Ils ont aussi mis le feu à l'Institut d'enseignement général et technique. Même l'étude d'un commissaire de justice n'a pas été épargnée.

Cette situation gravissime a poussé une sortie publique du président Henri Konan Bédié à l'endroit du peuple ivoirien. Voici la fin de son message :

"J’ai publiquement, le 10 octobre dernier, au Stade Félix Houphouët Boigny, adressé en votre nom, un appel solennel à Monsieur Antonio GUTERRES, secrétaire général de l’Organisation des Nations-Unies, pour demander son implication personnelle dans la résolution de la grave crise politique qui secoue encore notre pays par la faute de Monsieur Alassane OUATTARA qui ne veut écouter personne et qui refuse tout dialogue.

J’ai confirmé vos aspirations profondes pour l’engagement urgent d’un dialogue responsable entre toutes les filles et fils de notre pays dans un courrier, transmis à Monsieur le secrétaire général de l’ONU par l’intermédiaire de Monsieur le Coordonnateur du Système des Nations-Unies à Abidjan le mardi 12 octobre 2020.

Compte tenu de la gravité de la situation que nous traversons ainsi que des enjeux stratégiques que représente la Côte d’Ivoire pour la stabilité durable de la sous-région, j’espère que notre requête trouvera une écoute favorable auprès des Nations-Unies.

Nous avons des raisons d’espérer qu’une analyse profonde de la situation aboutisse à la mise en œuvre de solutions qui préservent la paix et les droits de notre peuple.

Avec le soutien du Président Laurent GBAGBO, du Président Guillaume SORO, du Président Pascal Affi N'GUESSAN, de tous les leaders de l’opposition ivoirienne ainsi que celui de l’ensemble de la population, notre ambition est de restaurer un état de droit dans notre pays et de construire, avec l'implication de tous, une nation véritablement réconciliée avec elle-même, unie et prospère.

Comme vous et avec vous tous, je garde une grande confiance en Monsieur Antonio GUTERRES, un homme de dialogue et d’engagement" (fin du message à la nation du président Henri Konan Bédié)..

Les plus populaires