FRANCAFRIQUE : Qui est responsable du sentiment anti-français en Afrique ?

Lors du 27e Sommet de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN), qui se déroula à Londres, les 3 et 4 décembre 2019, le président français a vivement souhaité que ses homologues du G5 Sahel aient une position claire sur la présence de Barkhane dans leurs pays respectifs. Quoi de plus normal, pourrait-on dire ! Mais, à l’exception du Parti communiste français et de la France insoumise de Jean-Luc Mélenchon, y a-t-il classe politique plus ambiguë que celle de France, depuis de Gaulle jusqu’à Macron ?

Non et nombreuses sont les preuves de l’ambiguïté, de l’incohérence et de la duplicité des hommes politiques français, par exemple : 

- demander en 1966 le départ des troupes américaines de la France et maintenir le 43e BIMA à Port-Bouët (Côte d’Ivoire) ;

- donner Kidal aux séparatistes touaregs, si l’on en croit Nicolas Normand, ancien ambassadeur de France au Mali, et promettre au gouvernement malien qu’on va l’aider à agir sur l’ensemble du territoire national ;

- proclamer urbi et orbi qu’on est un pays de liberté et empêcher les pays africains d’avoir leur propre monnaie et de commercer avec qui ils veulent ;

- faire croire qu’on ne joue pas avec le respect des droits humains et se taire quand des opposants africains sont emprisonnés, torturés, traqués, assassinés, interdits de tenir leurs meetings et exclus des médias d’Etat par les dictateurs qu’on soutient et protège ;

- honorer et célébrer en grande pompe les Jean Moulin, Pierre Dac, Lucie Aubrac, Guy Môquet et autres résistants français et diaboliser et persécuter les Africains qui osent dire “Non” à la criminelle Françafrique, à l’infantilisation de l’Afrique et au pillage de ses ressources naturelles ;

- refuser que Donald Trump intervienne dans la politique française et s’immiscer de façon intempestive dans les affaires des Africains en leur disant qui doit les diriger ;

- se vanter d’être pour la transparence et la clarté et ne pas être capable de faire la lumière sur la mort des neuf soldats français de Bouaké, le 6 novembre 2004 ;

- se revendiquer de la démocratie et ouvrir les portes de l’Elysée à des  dictateurs  tripatouilleurs  de constitutions et ayant du sang sur les mains.
Cette classe dirigeante française, adepte du faux et du crime, trop arrogante pour se remettre en cause et faire son mea culpa, tenant de beaux discours mais accomplissant des choses odieuses, n’est pas crédible en parlant de sentiment anti-français en Afrique francophone. Elle ne doit s’en prendre qu’à elle-même car c’est elle, et elle seule, qui fait détester la France et c’est à cause d’elle que la France est en train de perdre ses ex-colonies, chose que tout Africain conscient et sérieux ne regrettera jamais (sur notre photo une pancarte contre la Force Barkhane lors d'une manifestation anti-française à Bamako).

Bref, je suis de ceux qui pensent qu’il n’y a pas de sentiment anti-français en Afrique. Ce qui est réel, en revanche, c’est un ras-le-bol généralisé, de Dakar à Brazzaville en passant par Lomé et Yaoundé, à l’égard d’une politique prédatrice et inhumaine menée par un pays dont on attendait, à défaut d’agir comme la Grande-Bretagne qui est vraiment partie de ses anciennes colonies et se garde de leur donner des leçons à tout bout de champ, qu’il ait au moins un comportement qui soit en adéquation avec sa fameuse devise : Liberté, Egalité, Fraternité.

Jean-Claude DJEREKE
est professeur de littérature à l'Université de Temple (Etats-Unis)

Les plus populaires