FRANCE : Le racisme à l'état pur chez « Valeurs actuelles » qui peint la députée Danièle Obono en esclave dans une fiction

Danièle Obono est haïe au sein d'une certaine opinion française. Mais, elle est aussi très aimée. Députée de la 17e circonscription de Paris (ce qui n'est pas à la portée de ceux qui l'insultent aujourd'hui dans le magazine Valeurs actuelles), elle fait honneur à la France, cette France multiculturelle bleu-blanc-rouge, black-blanc-beur, qui a gagné deux fois la coupe du monde de football en 1998 et en 2018, et qui porte très haut les valeurs de la France dans le monde.

Danièle Obono est une Africaine-Française d'origine gabonaise de très bonne éducation. Elle appartient à une grande famille bantou dont la culture est très raffinée. Fille d'un ancien patron de banque et ancien candidat à l'élection présidentielle, Martin Edzodzomo-Ella, Danièle Obono est l'une des porte-étendards de la France Insoumise de Jean-Luc Mélenchon (notre photo la montre sur les bancs de l'Assemblée nationale en train d'échanger avec le patron des Insoumis Jean-Luc Mélenchon).

Sa présence au Palais Bourbon fait honneur à la France. Tout chef de parti, à commencer par le président de la République, fondateur de La République en marche, souhaiterait l'avoir dans ses rangs.

On n'attaque jamais les nuls. On ne s'attaque qu'aux valeurs. Et Obono est une fierté pour tous les Noirs de France.

Un seul conseil : « Surtout ne changez pas. Restez comme vous êtes. Vous marquez la France et êtes une véritable coqueluche dans les banlieues où beaucoup ont décidé depuis longtemps de vous ressembler ».

A Afrique Education, nous vous soutenons FERMEMENT.

Après avoir choqué la France entière, la rédaction de Valeurs actuelles s'excuse platement ce samedi, 29 août 2020. « On ne voulait pas choquer », écrit-elle dans un pâle communiqué rédigé à la hâte pour éteindre l'incendie. Car la réprobation est générale : le premier ministre, Jean Castex, s'est fendu d'un tweet où il apporte son ferme soutien à la députée de la France Insoumise. Il en est de même du président de l'Assemblée nationale, du Sénat et du ministre de la Justice Garde des Sceaux, pour ne citer que ceux-là. Le président Macron a téléphoné à la députée Obono pour lui signifier son indignation.

Honte à ce magazine d'extrême-droite, qui fait le déshonneur de la France. Denis Tugdual, son directeur-adjoint, est en train de faire le tour des médias parisiens pour demander « Pardon » à Danièle Obono. En ajoutant qu'ils seront plus regardants la prochaine fois pour ne plus publier n'importe quoi.

Les plus populaires