FRANCE/CONGO-BRAZZAVILLE : Denis Sassou Nguesso le récupérateur malicieux

Voici ce que Denis Sassou Nguesso avait dit à ses proches dans l'avion, en 2014, après avoir perdu "sa bagarre" contre François Hollande, de faire élire son candidat, Henri Lopès, à la Francophonie (François Hollande avait pesé de tout son poids pour imposer la Canadienne, Michaelle Jean, affirmant qu'il ne pouvait pas accepter de laisser à la tête de l'OIF, le candidat d'un dictateur qui veut modifier la constitution pour convenance personnelle), je cite : "J'ai une grande expérience, je sais comment ça fonctionne avec ces gens-là.... Je connais les Blancs, avec ces gens-là, il n'y a que les intérêts qui comptent. Ils peuvent vous bouder pendant un certain temps, mais ça ne dure pas longtemps. Avec l'argent, les choses s'arrangent facilement avec ces gens-là...".
 
Pour une fois, Sassou a eu, parfaitement, raison. Il a suffi qu'il finance, à hauteur de 30%, la fameuse COP21 de François Hollande, pour que ce dernier fasse volte-face et soutienne, publiquement, son pseudo-référendum, qui lui permet de se maintenir au pouvoir à vie.

Bien sûr que, face au tollé général soulevé, partout, en Afrique, et au sein de la diaspora, par son soutien au dictateur de Brazzaville, l'Elysée a, vite, fait un rétropédalage, dès le lendemain, qui restera mémorable dans l'histoire des relations franco-africaines. Mais le mal était déjà fait.
 
Espérons, simplement, qu'un jour, ces « Blancs » (comme Sassou les appelle), comprendront que cet argent (notre photo : le siège de la Société nationale de pétrole du Congo) qu'il leur donne n'est pas le sien, mais, qu'il appartient bel et bien au peuple congolais, et donc, ils ne sont, nullement, tenus de faire sa volonté au détriment de celle du peuple.

Bienvenu Mabilemono

Les plus populaires