GAMBIE : Yahya Jammeh peut-il être délogé du pouvoir sans un « bain de sang » ?

On ne savait pas Ibrahim Boubacar Keita (IBK) fort en relations publiques. A Bamako, il a surpris tout le monde en étalant son savoir-faire dans ce domaine. Ce n'est pas uniquement parce qu'il a déclaré, samedi, 14 janvier, espérer que le président gambien sortant, Yahya Jammeh, qui refuse de céder le pouvoir, allait comprendre que "la Gambie n'a pas besoin d'un bain de sang". Mais, parce qu'il a fait ce qu'il fallait pour présenter Adama Barrow à plusieurs chefs d'Etat parmi lesquels, le Français, François Hollande (notre photo). Barrow sait, maintenant, qu'il bénéficie, concrètement, du soutien de l'Union africaine et de la communauté internationale.

"Nous avons posé un acte fort. D'abord, nous avons reçu le président" gambien élu, Adama Barrow, a déclaré M. Keïta lors d'une conférence de presse avec le président français François Hollande, à l'issue du 27e Sommet Afrique-France vendredi et samedi à Bamako.

C'est "une reconnaissance de facto et de jure" du président Barrow, invité spécial du Sommet.

"Le 19 janvier, j'ose espérer que la sagesse africaine inspirera notre frère (Yahya Jammeh), que le bon musulman qu'il dit être comprenne l'intérêt supérieur de la Gambie qui n'a pas besoin d'un bain de sang", a ajouté M. Keïta, après des menaces de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (CEDEAO, 15 pays) d'une intervention militaire en Gambie.

Yahya Jammeh doit quitter le pouvoir le 19 janvier, après l'expiration de son mandat, et Adama Barrow doit être investi le même jour.
Samedi, une réunion de la CEDEAO, sur la Gambie, s'est tenue, à Bamako, en marge du Sommet France-Afrique, en présence de M. Barrow.

La rencontre a, notamment, réuni les présidents nigérian, Muhammadu Buhari, et libérien, Ellen Johnson Sirleaf, ainsi que, l'ex-président ghanéen, John Dramani Mahama.

Venu de Banjul en compagnie de la présidente libérienne, Adama Barrow a assisté samedi matin au Sommet à Bamako.

Une mission de la CEDEAO s'était rendue vendredi à Banjul pour tenter de convaincre Yahya Jammeh de céder le pouvoir. Mais, le président est resté inflexible. Totalement impénétrable.

Les plus populaires