L'APPEL D'ABIDJAN : Jour J – 1 (pour déloger « le menteur d'Abidjan » du palais présidentiel) Le dossier du général Youssouf Kouyaté déjà à la CPI

Pendant que le « menteur permanent » a rendu la Côte d'Ivoire en cessation de paiement (https://afriqueeducation.com/politique/l_appel_d_abidjan_jour_j_2_pour_prendre_le_palais_pr_sidentiel_ouattara_l_usurpateur_la_c) à cause de ses folles dépenses électorales, la CPI, elle, ne s'est pas désintéressée des massacres qui sont perpétrés par le régime de l'ancien président Ouattara, depuis plusieurs semaines. Si Photocopie reçoit les ordres de son frère Ouattara, ceux-ci sont mis en œuvre par le général, Youssouf Kouyaté, dont le dossier est, déjà, quasiment, complet à la CPI. C'est le premier sécurocrate du « menteur permanent » à vraiment s'inquiéter de ce qui pourra lui arriver prochainement.

Le dossier Kouyaté (notre photo) a été constitué par Amnesty International, qui avait envoyé, lundi, 16 novembre, une mise en garde (qui ne disait pas son nom) aux autorités ivoiriennes de cesser les tueries via les « microbes » et les milices, de libérer toutes les personnalités de l'opposition emprisonnées dans le cadre de leurs activités politiques, d'enquêter sur les massacres effectués et de juger les coupables, sinon, la justice internationale s'en chargerait.

 

Après la publication de ce rapport circonstancié et bien documenté sur les attaques à la machette menées par les « microbes » (tueurs drogués financés par Photocopie), Amnesty International a saisi le Commissariat des droits de l'homme à Genève et la CPI. Le courrier a été adressé, mardi, 17 novembre, au Comité de prévention des génocides de l'ONU.

 

En attendant d'appréhender Photocopie (qui est dans la viseur depuis plusieurs semaines), Amnesty International a, nommément, cité le général, Youssouf Kouyaté, comme le protecteur des « microbes ». Des témoignages de policiers recueillis l'ont désigné comme le responsable qui a ordonné aux unités d'intervention de laisser les « microbes » opérer en toute impunité. Elles devaient donc les escorter et les laisser réprimer les manifestants de l'opposition par l'usage d'armes blanches et de gourdins.

Le général Youssouf Kouyaté a vraiment de quoi s'inquiéter. La Côte d'Ivoire pendant cette période post-présidentielle est un Rwanda en miniature (génocide parlant)

 

C'est le lieu de rappeler aux officiers de police qui collaborent avec cette milice qu'Amnesty International a des preuves solides de leur implication. Pendant qu'ils seront recherchés et poursuivis par la CPI, l'ancien président Ouattara niera leur avoir donné des instructions. Il est doué pour se dédire, « le menteur permanent », qui est en même temps « menteur chronique », « menteur illimité » et « menteur suprême ».

 

Il est donc temps que les policiers et les gendarmes se désolidarisent de cette forfaiture anti-constitutionnelle de Ouattara avant qu'il ne conduise les uns et les autres à commettre l'irréparable et hypothéquer leur avenir.

 

L'Appel d'Abidjan est à Jour J – 1. C'est demain, vendredi, 20 novembre, que le peuple ivoirien a décidé de déloger Ouattara du palais présidentiel. Les Ivoiriens du Nord, du Sud, de l'Est, de l'Ouest, du Centre et d'Abidjan, se retrouvent, demain, vendredi, 20 novembre, à Abidjan, pour MARCHER sur le palais de présidentiel (propriété du peuple de Côte d'Ivoire) et en prendre possession. Le mandat de Ouattara a pris fin le 31 octobre 2020. Il n'est, donc, plus le président de la Côte d'Ivoire. Il doit quitter le palais présidentiel.

 

Les plus populaires