L'APPEL D'ABIDJAN : Jour J – 7 (pour jeter « le menteur chronique » hors du Palais)

L'ancien président Ouattara suit son plan arrêté de longue date, à savoir, forcer la tenue de l'élection présidentielle par tous les moyens et la gagner, ensuite, faire un semblant de dialogue national, enfin, former un gouvernement d'union. C'est ce qu'il essaie de faire actuellement. Sauf qu'il n'est plus reconnu comme étant le président de la République de Côte d'Ivoire. L'opposition unie (à commencer par le président du Conseil national de transition, Henri Konan Bédié, l'appelle « Monsieur Alassane Ouattara » et non le président Alassane Ouattara). « Le menteur d'Abidjan » cherche, par conséquent, à diviser l'opposition en lançant des cacahuètes par terre à tel leader de l'opposition, quelques miettes de thon à tel autre, des grains de maïs à tel autre encore. Bref, tout est fait selon ses humeurs. Ouattara doit, une fois pour toutes, savoir qu'il n'arrivera pas, cette fois, à diviser l'opposition unie. Il va quitter le pouvoir parce qu'il n'a pas droit à un 3e mandat. Toute l'opposition, Henri Konan Bédié et Laurent Gbagbo en tête, oeuvrent pour l'organisation d'une nouvelle élection présidentielle inclusive.

Essayant de gagner du temps pour affaiblir l'opposition, ayant corrompu les généraux et les colonels de l'armée qui viennent de percevoir, avant le 31 octobre, la bagatelle de 18 milliards de F CFA pour le soutenir dans sa volonté de se cramponner au pouvoir, le peuple, lui, dit Non à un 3e mandat. Et s'organise pour le déloger du palais présidentiel le 20 novembre prochain.

Le mot d'ordre est clair : qu'ils soient du Nord, du Centre, de l'Est, du Sud, de l'Ouest ou de la ville d'Abidjan, tous les Ivoiriens sont invités à MARCHER sur le Palais présidentiel le 20 novembre 2020. Objectif : déloger Ouattara s'il n'aura pas encore fui le pays.

Cette démarche suprêmement citoyenne n'empêche pas l'opposition unie de dérouler son propre plan de dialogue avec le satrape. Voici la déclaration conjointe du PDCI et du FPI relative au dialogue politique, qui nécessite la nomination d'un FACILITATEUR accepté par l'opposition.

1. Depuis la mort du président Félix Houphouët-Boigny, la Côte d’Ivoire est rentrée dans une spirale de crises auxquelles toutes les actions entreprises n’ont pu apporter de solutions durables.

 

2. Préoccupés par la dégradation continuelle du climat sociopolitique et sécuritaire du pays, les présidents Henri KONAN BEDIE et Laurent GBAGBO, à l’occasion de leur rencontre de Bruxelles, le 29 juillet 2019, ont décidé d’œuvrer à la promotion de la réconciliation des Ivoiriens en vue d’une paix durable en Côte d’Ivoire, en engageant leurs partis politiques respectifs (notre photo montre Henri Konan Bédié visitant Laurent Gbagbo à Bruxelles en juillet 2019. Ouattara ne réussira pas à les diviser malgré ses manoeuvres sordides).

 

3. Le PDCI-RDA et le FPI, avec une volonté commune clairement exprimée, se sont engagés, le 30 avril 2020, dans le cadre d’un accord de collaboration, à rechercher avec le peuple de Côte d’Ivoire, les solutions idoines d’une vraie réconciliation et d’une paix durable en terre ivoirienne.

 

4. Le PDCI-RDA et le FPI, après avoir fait le constat de l’échec de la politique de réconciliation conduite par le régime de M. Alassane Ouattara, se sont convaincus, avant l’échéance présidentielle du 31 octobre 2020, qu’aucun processus électoral ne pouvait être porteur de paix dans un climat sociopolitique non apaisé, du fait d’un manque de consensus national autour des questions essentielles qui touchent à la vie de la Nation.

 

5. Pour ce faire, le PDCI-RDA et le FPI n’ont eu de cesse d’appeler, sans être malheureusement entendus, le régime RHDP à la discussion et à un dialogue constructif entre tous les acteurs majeurs de la vie politique nationale. Les deux partis, fidèles aux valeurs de paix et avec la fois aux vertus du dialogue de leurs leaders, les présidents Henri KONAN BEDIE et Laurent GBAGBO, n’ont pas hésité à saisir la CEDEAO et l’ONU aux fins d’infléchir la position de M. Alassane Ouattara, quant à son refus de discuter avec l’opposition.

 

  1. Le PDCI- RDA et le FPI, conformément aux engagements conjoints pris dans le cadre de leur accord de collaboration, continuent de privilégier la négociation comme l’unique voie pour sortir la Côte d’Ivoire de la crise actuelle qui endeuille de nombreuses familles, depuis l’annonce de la candidature anticonstitutionnelle de M. Alassane Ouattara pour un troisième mandat à la présidence de la République.

  2. Le PDCI-RDA et le FPI estiment qu’avant l’entame des discussions qui doivent se faire avec toutes les parties prenantes, il est indispensable de ramener la sérénité et la confiance entre tous les acteurs, en apaisant le climat sociopolitique qui s’est considérablement dégradé ces derniers mois.

 

"Le menteur illimité" ne réussisra pas à fissurer l'unité de l'opposition : ici le président du CNT Henri Konan Bédié et le porte-parole du CNT Pascal Affi N'Guessan (en prison). Un scandale !

 

Ces actes d’apaisement passent par :

 

- La levée du blocus autour des résidences de tous les leaders des partis politiques de l’opposition, notamment, celles du Pr Maurice KAKOU GUIKAHUE, de Messieurs Pascal Affi N’Guessan, Albert Mabri Touakeusse et du Pr Hubert Oulaye ;

 

- Le retour des exilés avec à leur tête le président, Laurent Gbagbo, le premier ministre, Guillaume Soro, le ministre, Charles Blé Goudé et le maire, Akossi Benjo ;

 

- La libération de tous les prisonniers politiques, civils et militaires, injustement et illégalement, incarcérés ; 

 

- La fin de toutes les poursuites judiciaires contre les responsables et militants de l’opposition et de la société civile ;

 

8. Le PDCI-RDA et le FPI demandent que ces discussions inclusives soient menées sous l’égide d’un FACILITATEUR, après adoption par toutes les parties prenantes, d’un chronogramme précis et des sujets à débattre.

 

 

Fait à Abidjan, le 13 novembre 2020

 

Pour le PDCI-RDA                           Pour le FPI

M. Emile Constant BOMBET            Dr ASSOA Adou

Vice-président                                     Secrétaire Général

Les plus populaires