MAROC : Pugilat général à l'ouverture du Congrès du parti l'Istiqlal

"Insultes, jets de chaises et d'assiettes" étaient au menu du 17e congrès de l'Istiqlal ouvert, vendredi, 29 septembre, soir, dans un "chaos généralisé", ont rapporté des médias locaux. Des participants blessés ont dû être transportés à l'hôpital.

Parti historique de l'indépendance, l'Istiqlal, formation conservatrice qui ne participe pas à la coalition gouvernementale, doit élire son secrétaire général durant ce congrès.

Le stade Moulay Abdellah de Rabat, qui abrite ce congrès de trois jours, s'est transformé en un "champ de bataille" entre partisans du secrétaire général sortant, Hamid Chabat, en lice pour sa propre succession, et ceux de son principal rival, Nizar Baraka (notre photo). C'est une honte pour ce parti historique, qui ambitionne de diriger le pays.

Décrit comme un trublion de la vie politique marocaine, visé par une enquête du ministère de l'Intérieur, Hamid Chabat est, depuis plusieurs mois, la cible d'une fronde au sein de sa formation, portée par des figures historiques du parti qui exigent son départ.

Nizar Baraka, qui fut ministre, à deux reprises, avant d'être porté à la tête du Conseil économique, social et environnemental (CESE), fait, lui, figure de favori et dispose d'un large soutien dans les rangs de l'Istiqlal.

Parti le plus ancien du royaume, héros de la lutte pour l'indépendance contre le colonisateur français, l'Istiqlal a, longtemps, dominé la vie politique marocaine avant d'entamer, en 2011, un lent déclin dont il entend, absolument, se révéler.

Avec AFP

Ajouter un commentaire

Les plus populaires