OMS : De grands défis attendent l'Ethiopien Tedros Adhanom Ghebreyesus depuis ce samedi

L'Ethiopien, Tedros Adhanom Ghebreyesus, est en fonction, à la tête de l'OMS (Organisation mondiale de la santé), depuis ce samedi, 1er juillet, à Genève, en Suisse. Ce médecin spécialiste du paludisme, âgé de 52 ans, succède à la Chinoise, Margaret Chan, qui a dirigé l'OMS pendant plus de 10 ans, depuis le 1er janvier 2007.

Le Dr Tedros, élu le 23 mai 2017 par l'Assemblée mondiale de la santé, qui réunit les Etats membres de l'OMS, est le premier Africain à diriger cette agence de l'ONU, qui est l'une des plus prestigieuses de son système.

On souhaite beaucoup de succès au nouveau directeur général, mais, on sait, aussi, qu'il ne révolutionnera pas le système de santé mondial dont l'Afrique pâtit malgré ses propres insuffisances. Ce qu'on souhaite, c'est que le Dr Tedros fasse respecter l'Afrique comme le sont les quatre autres continents. En l'occurrence,

Que le continent africain cesse d'être une terre d'expérimentation à son insu et parfois à son détriment.

Que le continent africain cesse d'être un pourvoyeur de cobayes pour le compte des laboratoires sans foi ni loi d'ailleurs.

Que l'Afrique bénéfice, aussi, des standards internationaux acceptés pour toutes les normes sanitaires, comme le sont l'Europe, l'Amérique, l'Asie et l'Australie.

Que son caractère de continent pauvre et sous-développé, ne constitue plus une argumentation, qui fasse de lui le continent passoire de l'humanité où tout ce qui est refusé ailleurs y est pratiqué.

Si le Dr Tedros (sur notre photo avec le directeur général sortant Margaret Chan) applique ces recommandations, il aura révolutionné le système de santé sur le continent africain.

Les plus populaires