PRESIDENTIELLE AMERICAINE : Biden creuse l'écart sur Trump selon une enquête Reuters/Ipsos

Alors que Donald Trump lutte contre le coronavirus à l'hôpital, une pandémie qu'il négligeait au vu et au su de toute l'Amérique, son adversaire, Joe Biden, lui, poursuit sa campagne, toujours, en portant le masque comme dès le premier jour. Preuve de la légéreté du président Trump : le jour du débat dans l'Ohio, il était allé jusqu'à se moquer du masque de Biden. C'est dire que son inconscience n'a pas de limite. Mais, deux jours après, à peine, il était testé positif. Cherchez l'erreur !

Joe Biden creuse l’écart sur Donald Trump dans les intentions de vote en vue de l’élection présidentielle du 3 novembre, alors qu’une nette majorité d’Américains estiment que le président aurait pu éviter de contracter le coronavirus s’il avait pris l’épidémie plus au sérieux, montre un sondage Reuters/Ipsos publié dimanche, 4 octobre.

L’avance du candidat démocrate sur le sortant républicain atteint dix points au niveau national, un niveau qu’il n’avait plus atteint depuis plus d’un mois, selon cette enquête réalisée les 2 et 3 octobre. Testé négatif, il poursuit sa campagne comme si de rien n'était (notre photo).

Joe Biden recueille 51% des intentions de vote des adultes disant avoir l’intention de voter, contre 41% pour Donald Trump. Le nombre d’indécis n’est que de 4%.

Cette avance est à relativiser compte tenu de la marge d’erreur élevée du sondage (cinq points) et du système électoral américain qui prévoit l’élection des grands électeurs au niveau des Etats, et pas au niveau national.

Les Américains sont particulièrement critiques envers la gestion de l’épidémie de coronavirus par la Maison-Blanche.

Ils sont 65% à estimer que Donald Trump n’aurait “sans doute pas été contaminé s’il avait pris le virus plus au sérieux”, dont neuf électeurs sur dix enregistrés comme démocrates, et cinq républicains sur dix.

Seuls 34% des Américains pensent que leur président leur dit la vérité à propos de l’épidémie, contre 55% d’un avis contraire et 11% qui ne se prononcent pas.

Ils sont 67% à désapprouver la réponse de Donald Trump à l’épidémie, une hausse de trois points en une semaine.

L’enquête Reuters/Ipsos a été menée en ligne auprès de 1.005 Américains adultes, dont 596 électeurs probables. Seuls 61% des Américains en âge de voter s’étaient déplacés lors de l’élection présidentielle de 2016.

L'élection américaine toute précaution prise est-elle déjà pliée ? A moins d'une grossière ingérence russe (comme en 2016) doublée d'une défaillance certaine des services de contre-espionnage américain (comme en 2016), on peut dire que la Maison Blanche se prépare à accueillir un locataire démocrate en janvier 2021.

Les plus populaires