PRESIDENTIELLE AMERICAINE : L'Afrique est-elle si indifférente pour Donald Trump ?

J’ai écrit que la politique africaine de Donald Trump ou d'Hillary Clinton, était comme « bonnet blanc blanc bonnet ». Bien que Trump n'en ait dit mot, son caractère d'homme imprévisible était tout aussi déroutant que la capacité de sa rivale à inspirer le « Printemps Arabe » afin de renverser des alliés (parfois de 30 ans) de Washington comme l'Egyptien Hosni Moubarak. Il n'était donc pas aisé de choisir entre les deux. Contre toute attente, l'Amérique a, cependant, jeté son dévolu sur Donald Trump (sur notre photo avec Melania Trump, son épouse d'origine slovène). Pour qu'il ne nous surprenne plus demain, commençons à l'évaluer objectivement car :

- Il n’a jamais été un clown, comme ses détracteurs s'amusaient à le qualifier. Nul ne dirige une entreprise multinationale en étant un clown. Surtout, pas dans un pays à économie concurrentielle comme les Etats-Unis.

- Il faut considérer l'arrivée aux affaires de Trump, aujourd'hui, comme ce fut le cas avec celle de l'acteur de cinéma, Ronald Reagan. Comme Ronald Reagan, Trump va redresser l'Amérique, en marchant, certes, sur des cadavres, mais, il va le faire comme Reagan. Pas en 4 ans car c'est impossible de reformer l'Amérique en 4 ans, mais en 8 ans sauf s'il aura rencontré l'autre Amérique ayant voté pour Hillary pour le contrer fermement. Ce n'est pas exclu. Les manifestations ont d'ores et déjà commencé, alors que ce n'est que le 20 janvier qu'il prendra le job.

Là où beaucoup d'observateurs se trompent, en revanche, c'est sur l'Afrique. En homme d'affaires avisé, Donald Trump ambitionne de diriger l'Amérique comme il manage ses entreprises. Il mettra l'accent sur ce qui fait gagner beaucoup d'argent à l'Amérique. Et essaiera de limiter les coûts là où l'Amérique en perd, ce qui est une autre forme de gagner de l'argent.

Ceux qui disent que l'Amérique va se détourner de l'Afrique ont, foncièrement, tort de le penser. Si Trump est un homme d'affaires avisé (et en tant que milliardaire, il l'est), il ne peut pas se permettre de se détourner de l'Afrique, le continent (où tout est à construire) et qui tirera la croissance mondiale, tout au long de ce troisième millénaire. Ennemi (le terme est faible) de la Chine, le nouveau chef de la Maison Blanche ne commettra jamais jamais jamais l'erreur d'abandonner l'Afrique à la Chine. Car ce sera donner la possibilité à l'empire du milieu d'avoir de quoi ébranler la puissance de l'Amérique dans le monde.

Ce que Trump va faire, c'est qu'il s'entendra avec Vladimir Poutine pour réaliser de substantielles économies sur les champs de guerre en Syrie, en Irak et en Afghanistan, sans oublier, l'abandon du déploiement des systèmes de défense dans les pays limitrophes de la Russie. Les économies engrangées lui permettront de relancer l'économie américaine, de baisser les impôts, et de renforcer l'investissement US dans les pays rentables dont certaines contrées africaines où trônent les entreprises chinoises. La confrontation entre la Chine et les Etats-Unis en Afrique, sera à suivre de très près. Ce qui est sûr, c'est qu'avec Donald Trump, l'Afrique ne sera pas marginalisée. Les Africains ne tarderont pas à s'en rendre compte.

Les plus populaires