PRESIDENTIELLE AMERICAINE : Où en sont les multiples recours du clown (futur sortant de la Maison Blanche) ?

Plainte, appel, demande de recomptage… Le président sortant et ses alliés républicains ont déposé toute une série de recours, arguant des fraudes ou des irrégularités dans le processus électoral. Certains ont été rejetés par les tribunaux, d’autres retirés par les intéressés. On fait le point dans cinq Etats-clés.

A quel moment Donald Trump reconnaîtra-t-il sa défaite à l’élection présidentielle américaine ? La question reste entière. Depuis le 3 novembre, l’actuel locataire de la Maison Blanche dénonce, sans la moindre preuve tangible, des fraudes massives dans plusieurs Etats-clés et s’est lancé dans une guérilla judiciaire sans fin. On revient sur les derniers développements dans les États-clés de Géorgie, Pennsylvanie, Wisconsin, Michigan et Arizona.

 

Nouveau recomptage réclamé en Géorgie

Vendredi, 20 novembre, la Géorgie a certifié les résultats finaux, attribuant ses seize grands électeurs à Joe Biden. « Les chiffres ne mentent pas, a assuré Brad Raffensperger, le secrétaire d’Etat républicain de Géorgie. Ils représentent le verdict du peuple. »

L’équipe juridique du président, Donald Trump, a cependant déclaré, samedi, 21 novembre, que son équipe de campagne allait demander un recomptage des votes.

En Géorgie, Biden a battu Trump par 12 670 voix sur environ 5 millions, soit, 0,25 % de plus. Dans cet Etat, la loi permet à un candidat de demander un recomptage si la marge est inférieure à 0,5 %. Les agents électoraux des comtés ont, déjà, procédé à un recomptage manuel de tous les votes exprimés mais il s’agissait d’un audit obligatoire qui n’est pas considéré comme un recomptage officiel par la loi.

Plainte rejetée et appel en Pennsylvanie

Un juge fédéral a rejeté, samedi, 21 novembre, un recours déposé par Donald Trump le 9 novembre dernier et cherchant à invalider des millions de votes par correspondance dans l’Etat de Pennsylvanie.

Qualifiant la plainte de « monstre de Frankenstein », le juge, Matthew Brann, a estimé que les avocats du président sortant avaient présenté « un argument juridique sans fondement et des accusations spéculatives ». Le juge, en poste à Williamsport, a ajouté qu’il n’avait « pas le pouvoir de retirer le droit de vote à une seule personne, et encore moins, à des millions de citoyens ».

Dans un communiqué, Rudy Giuliani, l’avocat de Trump, a annoncé qu’il ferait appel devant la Cour de Philadelphie, dont une majorité des juges ont été nommés par des présidents républicains (pas moins de quatre sont en poste sur décision de Trump). « Il s’avère que la décision rendue ce jour nous aide dans notre stratégie d’aller rapidement devant la Cour suprême des Etats-Unis », ajoute l’ancien maire de New York.

Mais, les résultats du scrutin présidentiel devraient être certifiés ce lundi, et pour les avocats qui se sont opposés à la plainte Trump, l’appel n’aboutira pas.

Abandon et ultime tentative dans le Michigan

Jeudi, 19 novembre, l’équipe de Donald Trump a annoncé qu’elle mettait fin à son recours déposé le 11 novembre dernier qui vise à contester la certification des résultats.

Auparavant, une juge de la Cour des réclamations du Michigan avait, déjà, rejeté une plainte déposée le 4 novembre, par l’équipe de Trump, et ayant pour but d’arrêter le dépouillement des votes dans l’Etat. Jugée trop tardive, la demande n’avait pas été acceptée.

Cependant, samedi, 21 novembre, selon le Washington Post, des dirigeants républicains ont dénoncé des irrégularités dans le Comté de Wayne et publié une déclaration commune appelant le Conseil électoral de l’Etat du Michigan à retarder de 14 jours la certification des résultats devant normalement avoir lieu lundi.

Demande de recomptage dans le Wisconsin

Après l’officialisation des résultats de tous les comtés de l’Etat du Wisconsin, mardi, 17 novembre, l’équipe de campagne de Donald Trump a renoncé à demander un nouveau dépouillement dans tout l’Etat et indiqué qu’elle déposerait sa demande auprès des autorités du Wisconsin pour un recomptage dans deux comtés seulement : celui de Milwaukee, plus grande ville de l’Etat, et celui de Dane, où se trouve la capitale, Madison.

La Commission électorale de l’Etat a confirmé avoir reçu les trois millions de dollars nécessaires pour couvrir le coût de la procédure.

Le candidat démocrate à la présidence, Joe Biden, a remporté le comté de Milwaukee avec 75 % des votes et un écart supérieur à 181 000 voix, et celui de Dane avec 69 % des suffrages, et près de 183 000 voix de plus.

Dans cet Etat, un candidat peut demander un recomptage si l’écart est inférieur à 1 %. La procédure ne pouvait être lancée avant l’officialisation des résultats locaux, qui précèdent la certification par l’Etat, le 1er décembre.

A moins de revirements judiciaires, le Michigan, qui dispose de 10 grands électeurs, sera le dernierdes Etats clés à officialiser ses résultats le 1er décembre.

Abandon faute de preuve en Arizona

En Arizona, Etat où le dépouillement avait été fortement perturbé par des manifestants pro-Trump, le 5 novembre, les poursuites fédérales lancées pour irrégularités et fraudes ont été abandonnées par les Républicains et les avocats de Trump, faute de preuves.

Cet Etat, qui représente 11 grands électeurs, doit proclamer l’attribution des grands électeurs avant le 30 novembre.

 

Les plus populaires