PRESIDENTIELLE CONGO-BRAZZAVILLE : La CENI de l'opposition confirme bien la (lourde) défaite du dictateur

L'IDC et le FROCAD viennent de terminer un point de presse pour dire « Non au coup d'état électoral » que veut perpétrer le dictateur. Pour Charles Zacharie Bowao qui est le président de la coordination de ces deux plateformes de l'opposition, les tendances annoncées, hier, par la CENI de Bouka, proche du pouvoir, sont fausses. Et Bowao de lister les tendances réelles, de cette présidentielle, sur la base des fiches des résultats des bureaux de vote. On peut remarquer que :

à Brazzaville et dans le département du Pool, le candidat, Guy Brice Parfait Kolelas, vient très largement en tête ;
à Pointe Noire et dans le Kouilou, le candidat, Jean Marie Michel Mokoko, arrive très largement en tête ;
dans les autres grandes villes comme Nkayi, Sibiti, Owando, Boundji, le candidat, Jean Marie Michel Mokoko, vient très largement en tête, suivi du candidat, André Okombi Salissa ;
à Dolisie, Pascal Tsaty Mabiala vient en tête, suivi des candidats, Jean Marie Michel Mokoko et André Okombi Salissa ;
à Mossendjo, Pascal Tsaty Mabiala vient en tête, suivi du candidat, André Okombi Salissa ;
à Mouyondzi, la candidate, Claudine Munari, vient largement en tête ;
dans les départements des Plateaux, le candidat, André Okombi Salissa, vient très largement en tête ;
dans le département de la Cuvette-Ouest, André Okombi Salissa vient en tête.
Dans les départements de la Likouala et de la Sangha, les candidats, Jean Marie Michel Mokoko et André Okombi Salissa, viennent, alternativement, en tête.

La CENI de l'opposition dirigée par Bowao persiste et signe que « dans aucun département et dans aucune des grandes villes du pays, qui représentent plus de 75% du corps électoral, jamais le candidat Denis Sassou Nguesso arrive en tête. Mieux, il se trouve en 4e position et ce, dans le meilleur des cas ».

Conclusion de la CENI de l'opposition : « Il est impossible que le candidat président puisse se prévaloir d'une victoire, même, en ne tenant compte que des résultats partiels ».

Le Congo est toujours coupé du reste du monde. Par la seule volonté du dictateur qui voulait organiser sa fraude électorale en vase clos, ni vu ni connu. Il a eu tout faux. La CENI de l'opposition fait parvenir, dès qu'elle les reçoit, les procès verbaux aux grandes ambassades de Brazzaville. A l'heure actuelle, toutes les grandes chancelleries (Etats-Unis, Union européenne, France, Italie, Angleterre, Belgique, Allemagne, etc.) savent que le « bâtisseur infatigable » a été, correctement, et, sévèrement, battu et qu'il n'ira même pas au deuxième tour. Pour le moment, on en est là. L'opposition a décidé, cette fois, de barrer la route au « putschiste multirécidiviste » Sassou Nguesso, et énonce ceci : « Les candidats signataires de la Charte de l'opposition pour la victoire (Mokoko, Kolelas, Okombi, Mabiala et Munari) sont déterminés à faire respecter le résultat des urnes et demandent à la population d'être vigilante, mobilisée et à l'écoute de leur mot d'ordre ».

Les plus populaires