PRESIDENTIELLE EN CENTRAFRIQUE : Six candidats saisissent la Cour constitutionnelle pour invalider le scrutin

La Cour constitutionnelle va-t-elle une fois de plus, en l'espace de quelques jours, piétiner, gravement, la loi ? Toujours est-il qu'elle se retrouve depuis le 22 décembre, date du retrait de la candidature de Jean Serge Bokassa, dans une position inconfortable. En effet, le Code électoral en son article 115, alinéa 1er, énonce : « En cas de décès, d'empêchement définitif ou de retrait de l'un des candidats entre la publication de la liste des candidats et le premier tour, l'organisation de l'élection est entièrement reprise avec une nouvelle liste de candidats, sur décision de la Cour constitutionnelle saisie sans délai par l'ANE (Autorité nationale des élections) ou toute partie intéressée ». Voilà pourquoi les six candidats en question ont saisi la Cour constitutionnelle.

Mr Nicolas Tiangaye de nationalité centrafricaine, né le 13 septembre 1956, à Bocaranga (RCA), candidat n° 14 à l'élection présidentielle, investi par le parti « Convention républicaine pour le progrès social » (CRPS) ;

 

Mr Anicet Georges Dologuélé de nationalité centrafricaine, né le 17 avril 1957 à Bozoum (RCA), candidat n° 2 à l'élection présidentielle, investi par le parti « Union pour le renouveau centrafricain » (URCA) ;

 

Mr Cyriaque Gonda de nationalité centrafricaine, né le 4 janvier 1963, à Bossangoa (RCA), candidat n° 13 à l'élection présidentielle, investi par le parti « Parti national pour un Centrafrique nouveau » (PNCN) ;

 

Mr Mahamat Kamoun de nationalité centrafricaine, né le 13 novembre 1961, à Ndélé (RCA), candidat n° 5 à l'élection présidentielle, investi par le parti « BêAfrica ti E Kwé » (BTK) ;

 

Mr Karim Meckassoua de nationalité centrafricaine, né le 21 décembre 1953, à Bangui (RCA), candidat n° 11 à l'élection présidentielle, investi par le parti « Chemin de l'Espérance » (CDE) ;

 

Mr Désiré Bilal Zanga Kolingba, de nationalité centrafricaine, né le 19 août 1956, à Bangui (RCA), candidat n° 15 à l'élection présidentielle, investi par le parti « Rassemblement démocratique centrafricain),

 

Viennent de faire parvenir une requête, potentiellement, explosive auprès de la Cour constitutionnelle, qui dit ceci :

 

« Le 22 décembre 2020, le candidat n° 17 à l'élection présidentielle, Jean Serge Bokassa avait saisi l'Autorité nationale des élections (ANE) pour lui notifier son retrait du processus électoral ».

 

Aux termes de l'article 115 alinéa 1er du Code électoral : « En cas de décès, d'empêchement définitif ou de retrait de l'un des candidats entre la publication de la liste des candidats et le premier tour, l'organisation de l'élection est entièrement reprise avec une nouvelle liste de candidats, sur décision de la Cour constitutionnelle saisie sans délai ou toute partie intéressée ».

C'est pourquoi les six requérants demandent que la Cour constitutionnelle déclare recevable le présent recours,

 

  • l'y dire bien fondé ;

  • décider que les élections groupées du 27 décembre 2020, doivent être entièrement reprises en application de l'article 115 du Code électoral.

 

Que va dire la Cour constitutionnelle ?

 

Les plus populaires