PRESIDENTIELLE EN COTE D'IVOIRE : Le président Bédié explique pourquoi l’opposition empêchera la tenue de l’élection du 31 octobre.

La Côte d'Ivoire est dans l'impasse. Quoi qu'on dise, Alassane Ouattara est coincé. Convoquée pour le 31 octobre, l'élection présidentielle (à laquelle il est candidat) n'aura, sans doute, pas lieu. Et pour cause, l'opposition a engagé, samedi, 10 octobre, ses militants lors d'un giga-meeting tenu au Stade Félix Houphouët-Boigny, à mettre en œuvre, sur toute l'étendue du territoire, la désobéissance civile dont le but est d'empêcher le « menteur d'Abidjan » de briguer un 3e mandat anticonstitutionnel. De son côté, Alassane Ouattara s'est engagé à organiser une élection dans la paix, la sécurité et la totale transparence. C'est donc un dialogue de sourds. Conséquence, la Côte d'Ivoire entre dans une période trouble, incertaine où tout, absolument, tout peut arriver à cause de l'entêtement d'un couple présidentiel qui a du mal à abandonner la jouissance du pouvoir qu'il a occupé (sans partage) pendant dix ans. Le 10 octobre, le président, Henri Konan Bédié, qui a permis, à deux reprises, à Alassane Ouattara de gagner l'élection présidentielle (en 2010 et en 2015), a expliqué pourquoi la présidentielle du 31 octobre ne se tiendra pas. Il a demandé au secrétaire général des Nations-Unies de se saisir du dossier ivoirien avant qu'il ne soit trop tard. Ancien président de la République et patron de la plateforme de l'opposition, il sait de quoi il parle.

Voici l'intégralité du discours du président Bédié, samedi, 10 octobre 2020, au Stade Félix HOUPHOUET-BOIGNY.

- Ivoiriennes, Ivoiriens ;
- Chers habitants de notre chère patrie ;
- Précisément Chers jeunes, garçons et filles venus de tous les horizons du pays.

Je vous salue et vous félicite d’avoir répondu massivement à notre appel à ce meeting consacré à la désobéissance civile pacifique lancée par l’opposition pour faire face :

A La haute trahison du sieur Alassane Dramane Ouattara ;
Au parjure du Conseil Constitutionnel ;
A l’inféodation de la Commission électorale.

Bravo à tous, ici réunis et ailleurs empêchés et rassemblés.

En un mot, nous sommes la MAJORITE et avons donc l’obligation de protéger notre loi fondamentale, la Constitution de toute violation,

Chers Compatriotes, nous devons dire :

NON au 3e mandat anticonstitutionnel ;
NON au viol de la Constitution ;
NON à la CEI inféodée ;
NON au Conseil Constitutionnel parjuré ;
NON à la liste électorale infestée.

Chers Ivoiriens et chères Ivoiriennes, vous êtes un peuple digne qui sait résister à toute forme de dictature.

Nous sommes fiers de vous.

Grâce à votre détermination, la dictature du RHDP unifié sera vaincue.
Elle sera vaincue dans quelques jours ou quelques semaines.

Face à la menace d’agressions perceptibles des tenants du pouvoir RHDP unifié contre les personnalités de l’opposition ivoirienne et l’incapacité de la CEI d’organiser un scrutin présidentiel juste, crédible et transparent, je demande, ici, solennellement, au Secrétaire Général des Nations-Unies, Monsieur Antonio Guterres de se saisir du dossier ivoirien pour la mise en place d’un organe électoral, véritablement indépendant et crédible, avant l’élection présidentielle prévue le 31 octobre 2020.

Chers Ivoiriens et chères Ivoiriennes,
En mouvement !

En mouvement pour une désobéissance civile réussie pour une Côte d’Ivoire totalement libérée.

Vive la Côte d’Ivoire

Je vous remercie.

Henri Konan BEDIE

Président du CDRP
Candidat à l’élection présidentielle du 31 octobre 2020.

Les plus populaires